La Sopecam accueille Lilian Thuram

La légende du football, champion du monde 98, écrivain et visage phare de la lutte contre le racisme a discuté de nombreux sujets hier à Yaoundé avec l’équipe de CT.

Un dimanche relax pour Lilian Thuram, au lendemain de la clôture des Ateliers Mwinda, cette plateforme de promotion du cinéma jeune, pour laquelle il a enfilé le maillot de parrain. C’est à la Société de presse et d’éditions du Cameroun (Sopecam) que cette icône du football mondial a passé sa matinée du 24 janvier. Son escale au sein de l’entreprise éditrice de Cameroon Tribune, en compagnie d’Osvalde Lewat, promotrice des Ateliers Mwinda, a débuté par une rencontre avec le directeur général, Marie-Claire Nnana et le directeur général adjoint, Shey Peter Mabu. Les trois personnalités ont échangé sur des sujets qui tiennent à cœur à Thuram, notamment la lutte contre le racisme dont il incarne le visage en France et un peu partout dans le monde. A travers sa Fondation éponyme créée en 2008, mais aussi par le biais de ses ouvrages : « Mes étoiles noires – De Lucy à Barack Obama » (2009), « Manifeste pour l’égalité » (2012), « La pensée blanche » (2020), entre autres, le champion du monde se bat pour briser cette hiérarchisation raciale regrettable, mais fortement ancrée. « Tous les combats ne peuvent pas être compris par la grande majorité », assume celui qui a choisi de proclamer haut et fort les non-dits de ces tabous raciaux, tout en acceptant d’essuyer quelques tacles, violents parfois, au passage. 


Read also : Musique : Singuila à cœur ouvert

Lilian Thuram n’est pas venu les mains vides à la Sopecam. Il n’est pas non plus ressorti bredouille de ses murs. S’il a offert et dédicacé ses œuvres aux patrons de l’entreprise, ces derniers lui ont remis à leur tour le Livre d’or du football camerounais, produit par la Sopecam et publié en 2020 en l’honneur des compétitions continentales qu’accueille le pays cette année et l’an prochain : le CHAN et la CAN. C’est donc avec cette mise en bouche qu’il a franchi les portes de la rédaction de CT, où l’attendaient le directeur adjoint Richard Kometa et l’ensemble des journalistes. Les grandes lignes de ce partage enrichissant avec cette icône du football mondial dense et perspicace, n’ont laissé indifférents ni l’invité de marque de la Sopecam, ni ses hôtes, encore moins des convives surprises, parmi lesquels le ministre Grégoire Owona.


Read also : Biblio : à la croisée des chemins

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category