Sécurité alimentaire : les enfants à l’école des champs

L’évaluation de la mise en œuvre du projet « Classes vertes » effectuée à Douala ces 25 et 26 janvier 2021.

L’atelier de clôture du projet sous-régional « Classes vertes pour une production innovante, ludique, éducative et nutritive » de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (Fao) a débuté, en visioconférence, ce 25 janvier à Douala. Mis en œuvre dans trois pays d’Afrique centrale (Cameroun, Congo-Brazzaville et Gabon) en 2018, le projet, a permis de présenter les principales réalisations, d’échanger les expériences acquises, de tirer des leçons, d’identifier les perspectives et de formuler des recommandations pour la durabilité des acquis.


Read also : Assainissement : le marché de Nyalla bientôt délocalisé

Au Cameroun, l’école primaire publique de Motcheboum, sur l’axe Bertoua-Abong-Mbang (Est), figure parmi celles qui ont accueilli l’initiative. Sa directrice, Marie Constance Alang, a expliqué que de petits potagers ont été créés et les écoliers, de la Sil au CM II, ont appris à cultiver de la tomate, des légumes, des condiments etc., tout en apprenant. Pour Thomas Abate Abate Ndoum, coordonateur du projet « Classes vertes », le but était de susciter un intérêt pour l’activité agricole chez les enfants, développer en eux cette envie de mener pareille activité. « De nombreux jeunes grandissent sans connaître les travaux de la terre, ils sont beaucoup plus dirigés vers les Tic et autres, alors que c’est l’agriculture qui porte notre économie », dira M. Abate Abate.


Read also : Motos-taxis : l’heure de l’assainissement a sonné

Autre objectif, l’aspect nutritionnel. Parce qu’il y a un lien entre production agricole et pastorale et alimentation. Lien que l’enfant doit connaître en grandissant, tout comme il doit maîtriser la valeur nutritionnelle des produits de la terre, pour une alimentation saine.


Read also : Hôpital gynéco-obstégrique : des armes contre l’AVC

Le coordonateur a en outre expliqué que le projet est intéressant dans la formation de l’enfant, qui grandit en apprenant à faire des activités agricoles sans que cela lui paraisse contraignant. D’où le dispositif « léger », attractif et stimulant mis sur pied par le projet dans les écoles.


Read also : Enseignement secondaire : le Minesec en inspection

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category