Corridors Douala-Ndjaména-Bangui : le mot d’ordre de grève levé

C’est la résolution prise jeudi dernier au terme de la rencontre entre le ministre des Transports, celui du Commerce et les syndicats des transporteurs sur ces axes routiers entre les trois pays.

Il y avait un désaccord sur les tarifs pratiqués. Désaccord entre les transporteurs, les transitaires et les auxiliaires en douane. Jusqu’à jeudi, plus rien n’allait entre les transporteurs des corridors Douala-Ndjamena au Tchad et Douala-Bangui en République centrafricaine. Les syndicats des transporteurs ont appelé à une grève qui devait prendre effet à partir de mercredi 3 février. Une concertation a été ainsi organisée jeudi dernier au ministère des Transports en présence du ministre Ernest Massena Ngalle Bibehe, du ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, et des responsables des différents syndicats.


Read also : Chracerh : cinq ans de lutte contre l’infertilité

Désormais, tout le monde devra s’arrimer aux montants arrêtés : 3,3 millions de F pour le corridor Douala-Bangui et 3,350 millions pour le corridor Douala-Ndjamena. Les leaders de syndicats et d’organisations de transports pour les trois pays ont validé cette résolution. Le mot d’ordre de grève est donc levé. A tous, Luc Magloire Mbarga Atangana a rappelé qu’il existe désormais la Zone de libre-échange continentale pour les Africains. Il a recommandé de réactiver le comité de gestion des corridors créé depuis 2006. « Nous sommes arrivés à un accord qui confirmait le consensus déjà obtenu le 10 janvier 2020. Ces questions auraient dû être abordées au sein de ce comité », a souligné le Mincommerce.


Read also : Fichier solde et personnels de l’Etat : l’assainissement en permanence

« Que chaque partie respecte ses engagements pour que la sérénité soit retrouvée sur les deux corridors », a déclaré Ibrahim Yaya, président national du Groupement des transporteurs terrestre du Cameroun. Pour El Hadj Oumarou, coordonnateur général du Bureau de gestion de fret terrestre, le calme est revenu et la circulation des marchandises sur ces corridors devrait reprendre. S’agissant du phénomène de double immatriculation, décrié par certains transporteurs, le ministre des Transports a indiqué qu’il s’agissait davantage d’un acte de mauvaise foi et qu’il veillerait au retour à des actes citoyens.


Read also : Sûreté nationale : hommage au divisionnaire Banyolag

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category