CERAC : Touboro aux petits soins

Le Cercle des Amis du Cameroun a procédé samedi dernier à la remise des dons aux femmes rurales de Touboro, département du Mayo-Rey.

L’union entre Touboro et le Cercle des Amis du Cameroun (Cerac), association ayant pour présidente fondatrice Chantal Biya, épouse du chef de l’Etat, a été scellée samedi dernier. Ce 13 février était un jour chargé de symboles. Lendemain de la Fête de la Jeunesse, cette journée qui coïncidait avec l’anniversaire du chef de l’Etat, époux de Chantal Biya, était placée à la veille de la Saint Valentin, jour consacré aux amoureux. Ce que le reporter retient de cette escapade dans la lointaine mais pétillante localité de Touboro, c’est la chaleur de la relation entre le Cerac et cette belle localité du département du Mayo-Rey, région du Nord. Cette union avait comme témoin, Madame Aminatou Bello Bouba, représentante personnelle de la première dame. La déléguée du Cerac pour le Nord, quelques semaines seulement après sa mission à Djoumté (Faro), toujours dans le Nord, conduisait une importante délégation de femmes du Cerac. 


Read also : Interview: “There Is No Risk At Any Level”

Pour sa première sortie à Touboro, le Cerac a sorti le grand jeu. Les autorités administratives locales sous la conduite du préfet du Mayo-Rey, Amadou Zarma ont assisté à la matérialisation de cette idylle. Cette sortie s’est déroulée en deux temps. Causerie éducative vendredi 12 février, marquée par la parole et les conseils aux plus jeunes. Cette causerie a réuni sept établissements secondaires et les femmes du Cerac. Puis, samedi la remise de dons aux femmes rurales de l’arrondissement de Touboro, à divers groupes, y compris aux réfugiés. C’était le plat de résistance.  Les dons remis sont constitués de tricycles, de motopompes, de semences améliorées, d’égraineuses, de porte-tout, de sacs d’engrais, entre autres. Pour la communauté éducative de photocopieurs, d’ordinateurs, de rames de papiers et des masques de protection.  


Read also : Nécrologie: Jean-Vespa est mort

Ville-carrefour


Read also : Gestion des corps: Avec restrictions

La cérémonie qui s’est déroulée dans le strict respect des mesures-barrières contre le Covid-19 a commencé sous les chapeaux de roue avec la remise du bouquet de fleurs par la petite Saoudatou Atikatou, élève de Form V du lycée bilingue de la ville. Elle a ébloui l’assistance par son usage maîtrisé du français et de l’anglais. Le jeune maire de la commune de Touboro, Célestin Yandal a présenté ensuite son unité administrative. De son allocution, on apprendra beaucoup de choses. Touboro, c’est l’un des quatre arrondissements du Mayo-Rey, le plus vaste du pays en termes de superficie. Touboro, c’est un carrefour et un marché frontalier unique au monde. Quatre pays s’y retrouvent ; le Cameroun, le Tchad, la RCA et le Nigeria. Touboro, c’est plus de 300.000 âmes.  Et puis non loin de Touboro, le pétrole venant du Tchad coule dans le pipeline qui passe à quelques kilomètres du centre-ville. Et puis last but least, Touboro, c’est l’une des mamelles nourricières du Grand Nord. La présidente du Réseau des associations a remercié la première dame pour sa sollicitude à l’endroit des femmes du coin. Les hommes de Dieu qui ont animé la prière interreligieuse ont parlé « de l’espoir qui se lève » dans cette contrée. S’adressant à la foule de femmes, de jeunes, amassée à la place des Fêtes, la représentante personnelle de la première dame a fait œuvre de pédagogue en prodiguant des conseils. Elle a transmis le message de solidarité, d’amitié et d’unité de la première dame. « Le Cameroun émergeant ne se construira pas dans la violence, le tabagisme, l’alcoolisme, la maladie et le libertinage », a souligné Aminatou Bello Bouba. Elle a ensuite remercié l’élite et le lamido de Rey-Bouba, vice-président du Sénat, Aboubakary Abdoulaye pour son implication dans la réussite de cette visite chargée de symboles. L’union en marche depuis un moment est désormais scellée entre Touboro et le Cerac. Les « Amazones de madame Chantal Biya » comme elles se font fièrement appeler n’ont pas boudé leur plaisir. Elles ont « gâté le coin » par les pas de danse au rytme des sonorités locales.  


Read also : Est: Six morts sur l'axe Bertoua-Batouri

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category