Charly Mbarga : percutant percussionniste

Le tambour, son instrument fétiche n’a aucun secret pour lui. Et grâce à sa force de frappe dans le domaine, il a pu se tailler une place dans le milieu du showbiz musical. C’est lui, le collaborateur de certaines grosses pointures de la musique camerounaise. Ama Pierrot, Donny Elwood, Jean Pierre Essome, Ai-Jo Mamadou, Bisso Solo et bien d’autres vedettes de la musique camerounaise ont eu à se délecter et à apprécier le génie indéfectible du percussionniste Charly Mbarga. Oui, Charly Mbarga, puisqu’il s’agit de lui, a eu un parcours exaltant tout au long de sa carrière lancée en 1996. Un brin taquin, comme pour s’en convaincre, il s’autoproclame « le percussionniste le plus percutant » de sa génération. 


Read also : Musique : Singuila à cœur ouvert

Depuis 2013, l’artiste aux mille facettes (batteur, auteur-compositeur et chanteur) et chef d’orchestre de la diva du bikutsi, Lady Ponce, revêt de temps en temps le costume de chanteur. Récemment, Charly Mbarga a proposé un bikutsi endiablé au public grâce à son troisième bébé qu’il vient de mettre sur le marché. « Kangaligaliya », produit sous son label Biwong Bane, est un single de deux titres. « Kangaligaliya » relate la vie et les expériences vécues du chanteur. Son second morceau « Ô Cameroun » est bien une interpellation à ses compatriotes. Il prône la consolidation et le vivre ensemble dans « notre très cher et beau pays ». Quand il s’agit de parler de son histoire avec la musique, le batteur n’hésite pas : « C’est une histoire d’amour ! Je suis né percussionniste, c’est un don de Dieu que j’ai su exploiter. » Et les mélomanes sauront en profiter ! 


Read also : Biblio : à la croisée des chemins

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category