Contrebande : des ballots de pagne saisis par la douane

Trois véhicules chargés de marchandises d’origine frauduleuse ont été immobilisés la semaine dernière par l’administration douanière du Nord.

La traque est véritablement lancée contre les contrebandiers qui sévissent sur les corridors reliant la région du Nord à certains pays voisins. Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, la brigade Halcomi (Halte au commerce illicite), zone 3, a intercepté trois voitures chargées de marchandises non déclarées. Ces « starlettes-camions », comme les gabelous les appellent, tant leurs charges peuvent être transposées dans un camion, circulaient sur l’axe Bardanke-Garoua. Bardanke partage la frontière avec le Nigeria. Sur la base d’un renseignement, Mofor Jude, coordonnateur de la Mission Halcomi, zone 3, qui couvre les trois régions septentrionales, et ses éléments ont tendu un piège aux contrebandiers aux alentours de minuit. Le chef secteur des douanes du Nord, Raymond Touagaï qui supervisait cette opération, raconte qu’une dizaine de véhicules étaient ciblées. Avec les forces de défense de la Région militaire interarmées n°3 (RMIA) qui appuient l’administration douanière dans ses différentes actions, trois véhicules chargés de pagnes et d’autres produits ont été interceptés. Les chauffeurs se sont enfuis. Les véhicules ont été conduits au bureau de commandement de la douane à Garoua, sis au port fluvial.


Read also : Corridor Douala-Bangui : le trafic peut reprendre

Ces produits de contrebande ont été présentés vendredi dernier au préfet de la Bénoué.  Oumarou Haman Wabi a indiqué que son unité administrative n’allait pas être un terrain de jeu pour les gens qui ne respectent pas la loi. Il a rappelé aux uns et aux autres que l’arrêté signé récemment par le gouverneur de la région du Nord, Jean Abate Edi’i, interdisant la circulation des starlettes demeurait en vigueur. Dans les prochains jours, le préfet annonce un renforcement des mesures de contrôle dans les différents corridors qui mènent vers les pays frontaliers, notamment le Nigeria et le Tchad. « Les marchandises saisies peuvent être détruites si ce sont des produits prohibés. Elles peuvent être aussi dédouanées, mais cette fois-là contre paiement des amendes, si ce sont des produits autorisés », précise Jude Mofor.  Le chef secteur des douanes fait remarquer que les actions de contrebande et de contrefaçon montent généralement en flèche à l’approche de la fête du Ramadan, le pagne étant l’un des produits les plus consommés en cette période, les commerçants véreux constituent les stocks. 


Read also : Emergence : Charles Foka pour une transition énergétique

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category