Gouvernement d'union en Libye : feu vert !

Le parlement a accordé sa confiance mercredi dernier à l’équipe du nouveau Premier ministre Abdelhamid Dbeibeh au terme de plusieurs heures de débats.

Mercredi dernier, le parlement libyen a accordé la confiance au gouvernement d’union nationale dirigé par Abdelhamid Dbeibeh pour conduire le pays aux élections générales le 24 décembre 2021. Après plusieurs heures d’âpres débat, 121 députés sur 132 ont validé la composition de l’équipe proposée par la nouvelle transition. Dbeideh doit prêter serment le 15 mars prochain à Benghazi, la deuxième ville du pays. Le parlement était réuni à Syrte depuis lundi. L’équipe de Dbeibeh a été formée dans le cadre d’un processus supervisé par les Nations unies. Abdelhamid Dbeibeh a été désigné le 5 février 2021, chef de gouvernement lors d’un forum à Genève, sous l’égide de l’ONU.
En dépit des critiques liées à la taille de cette équipe, ce gouvernement suscite de nombreux espoirs. On espère un retour à la paix dans ce pays marqué par une décennie de violences. Le gouvernement est composé de 33 membres dont six ministres d’Etat et 27 ministres. Il est censé unir les deux fractions qui se partagent le pays, chacune revendiquant le pouvoir. « Je vous remercie pour votre confiance (…) Ce sera le gouvernement de tous les Libyens (…) La Libye est une et unie », telles sont les premières déclarations d’Abdelhamid Dbeibeh. Ce dernier a aussi promis de « faire passer les intérêts de la Nation avant tout », afin de ne pas « entraver le processus électoral ».
Les défis sont grands : reconsolider l’économie, créer les conditions favorables aux prochaines échéances électorales, etc. Une tâche d’hercule. Cela faisait des années que le parlement, divisé, ne s’était pas réuni jusqu’à la rencontre de Syrte de lundi dernier. 
Le consensus qui institue les élections du 24 décembre prochain a été confirmé 
La Libye est divisée depuis la mort de Mouammar Kadhafi entre le gouvernement d’entente nationale installé à Tripoli, reconnu par la communauté internationale et dirigée par Fayez el-Sarraj et l’autre contrôlé à l’Est par une administration conduite par le maréchal Khalifa Haftar. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category