« Des actions sont menées pour faire face à la situation actuelle »

Augustin Tamba, maire de la commune d’arrondissement de Yaoundé VII

Les populations de votre commune se plaignent de difficultés liées à la mauvaise qualité des voies d’accès, qu’il s’agisse des routes principales ou secondaires. Depuis votre arrivée à la tête de la mairie de Yaoundé 7 ?


Read also : AFCON Total Energies 2021 : Draws Announced For 17 August

Le problème de voies d’accès dans notre commune reste une préoccupation de tous les instants au vue de nombreuses difficultés que les populations éprouvent pour  leur mobilité. Yaounde 7 n’est pas la seule commune concernée. C’est un problème général  qui touche toute la ville de Yaounde et d’autres villes du Cameroun. C’est dû à l’absence d’investissement public dans ce secteur dans notre arrondissement. Même les voies principales qui sont les voies prises en charge par le ministère des Travaux publics (Mintp), le ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Mindhu) et la Communauté urbaine de Yaoundé ne sont pas entretenues. C’est le cas des voies allant  du carrefour Meec à Okola, ou encore Oyomabang-Camp-Sonel-Carrefour Onana, et bien d’autres. La voirie communale est essentiellement constituée des routes en terre qui assurent la circulation dans les quartiers. Chaque année nous déployons des efforts malgré la modicité des moyens. Pour effectuer les travaux d’aménagement, notamment de reprofilage, le rechargement et l’assainissement pour améliorer la fluidité de ces voies. Faudrait-il le rappeler, la commune d’arrondissement de Yaoundé VII souffre d’un désavantage comparatif important. L’activité économique y est presqu’insignifiante et nous recevons le tiers, voire le quart de la principale ressource des communes, à savoir les centimes additionnels communaux. Ce qui réduit notre marge de manœuvre dans l’entretien routier notamment. En revanche, il nous arrive régulièrement de procéder à des interventions ponctuelles sur certains axes. Nous avons intensifié notre plaidoyer auprès des administrations publiques compétentes, et seul le Mindhu a commencé à mener des actions significatives dans l’arrondissement. Nous venons de signer une convention avec le Ceenema qui dispose d’un parc d’engins, avec une mutualisation des moyens, pour rendre praticable les axes non-bitumées. La mairie  de Yaoundé VII supporte une partie des charges. 


Read also : Industries extractives en Afrique francophone subsaharienne : la surveillance monte d’un cran

Etes-vous accompagné, dans cette mission d'aménagement des routes par les pouvoirs publics ? À quelle hauteur ? 


Read also : Bilingualism Commission : Newly Appointed Member Commissioned

Les pouvoirs publics à travers le ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu) accompagnent les communes dans les missions d’aménagement des routes, le ministère des Travaux publics met à la disposition de chacune des communes du Cameroun, une enveloppe de 27 000 000 F pour l’entretien routier. Le ministre de l’Agriculture appuie la commune de Yaounde VII pour l’ouverture des bassins de production et le désenclavement des pistes agricoles. Il est aussi important de mentionner les interventions ponctuelles du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire pour le gravillonnage, le pavage et l’assainissement de certains tronçons. Yaounde VII a mené, en partenariat avec ce département ministériel, il y’a quelques mois, un programme spécial Himo à hauteur de 250 millions de F, dans le quartier Oyomabang, pour le pavage et l’assainissement de 1,5 km de voirie, et la réalisation d’un ouvrage d’art. Toutes ces actions sont appréciables. 


Read also : Kribi : attachement réaffirmé au chef de l’Etat

Quelles sont vos solutions autonomes à court, moyen et long termes?


Read also : Lutte contre Boko Haram : l’heure de la remobilisation

Nous comptons intensifier le plaidoyer auprès des ministères sectoriels compétents. Nous sommes également entrain d’acquérir par une ingénierie financière particulière, un parc d’engins communal pour rémédier à cette situation. Il faudrait enfin rappeler que nous sommes entrain de mettre en place, sur financement du Feicom et de l’Etat, une carrière municipale dont les agrégats vont contribuer de manière significtaive à l’amélioration de la qualité de la voirie. Nous comptons sur la portion du budget de l’Etat dédiée aux collectivités territoriales décentralisées, à savoir au moins 15% pour ajuster nos budgets et résoudre ce type de problème


Read also : Forces de défense : le dispositif revisité

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category