Expo : l’African Soul Market s’exhibe à Douala

La foire organisée fin mai dernier a mis en vitrine le savoir-faire d’artisans travaillant sur le made in Cameroon, made of Africa.

C’est à la rue De Gaulle, au quartier Bonanjo (arrondissement de Douala I), que les promotrices de l’African Soul Market ont organisé la 7e exhibition de leurs œuvres. Du 28 au 29 mai, les visiteurs ont pu apprécier la variété de produits artisanaux proposés. Notamment dans le vestimentaire, le cosmétique, la décoration, la vaisselle, la gastronomie, la bijouterie du Cameroun et aussi de l’Afrique australe…
« Nous faisons dans les vêtements africains, les pagnes africains. Nous évoluons également dans le domaine du prêt-à-porter, des cadeaux », a indiqué Françoise Hortense Ngo Bassama, gérante du comptoir Rafiki. Pour les visiteurs et clients, l’une des particularités de cette exhibition était l’originalité des produits proposés. « Je suis au Cameroun depuis très peu de temps. Ce que je vois ici est très joli. Je remarque également que c’est uniquement les femmes qui sont exposantes ici », a observé Alexandre, client de la foire.
Au sujet des prix du made in Cameroon jugés très élevés, Sylvia Ongono, co-fondatrice de l’African Soul Market, explique que la politique des prix est basée sur l’artisan. En d’autres termes, celui-ci fixe le prix qui lui permet de s’en sortir. Pour elle, les prix de l’African Soul Market sont fixés en fonction de la qualité du produit, qui est une de leurs valeurs professionnelles.
A ce sujet, Sylvia Ongono précise son associée Christelle Traore et elle ont un regard strict sur la qualité des produits qu’elles peuvent aider à promouvoir. Sur la qualité intrinsèque, mais aussi sur le packaging et la présentation. Pour elle, quand tous ces éléments sont réunis, le client en face n’a pas peur de mettre la main à la poche. Pour se rapprocher davantage du public, l’African Soul Market a ouvert un espace commercial à Bonapriso (Douala I). Face à la demande croissante, aussi bien du côté clientèle que des artisans désirant rejoindre ce train, les fondatrices envisagent agrandir l’espace commercial de Bonapriso.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category