« C'est un devoir à la fois divin et citoyen »

Dr Moussa Oumarou, coordonnateur national du CIDIMUC.

Quel est l’objet recherché par cette campagne de vaccination ?
Les personnes prêtes à se faire vacciner sont minoritaires au sein des communautés musulmanes. Pourtant, se faire vacciner est un devoir à la fois divin et citoyen. Toutes les religions révélées, l'islam y compris, protègent la vie humaine. Nous voulons signifier aux communautés religieuse qu’il n’y a pas de mal à se faire vacciner. Personne ne nous veut du mal, surtout pas nos gouvernants. Ces vaccins sont comme d’autres vaccins et médicaments, des produits censés nous protéger et booster notre immunité. Lorsque le gouvernement prend l’engagement de mettre à la disposition des populations des vaccins, nous devons à notre tour prendre nos responsabilités en nous faisant vacciner. L’objectif de cette campagne est de renforcer la communication et faciliter le déploiement de vaccins afin de renforcer la confiance des populations.
Qu’envisagez-vous concrètement pour une vaccination massive au sein de la communauté musulmane ?
Après cette cérémonie de lancement de la vaccination contre le Covid-19, nous envisageons faire vacciner les fidèles au niveau des mosquées et lieux de rencontres publics. Avec nos partenaires CEPCA, nous comptons faire vacciner le maximum de citoyens. Nous avons sollicité que des équipes de vaccination se déploient au plus près des fidèles pour les vacciner. D’un autre côté, nous nous activons à faire connaître l’importance du vaccin même. Beaucoup ont peur et/ou ont une mauvaise idée non seulement sur l’existence du coronavirus mais surtout sur le vaccin anti-Covid. 
Quel message à l’endroit des fidèles? 
Le coronavirus est toujours parmi nous. Un vaccin anti-Covid-19 est élaboré comme la solution ultime nécessaire pour mettre fin à la pandémie. Bien que les vaccins soient reconnus comme l’une des mesures de santé publique les plus efficaces, un nombre croissant de personnes estiment qu’ils sont dangereux ou inutiles. Cela est considéré comme une menace croissante pour la réussite des programmes de vaccination, car les taux de couverture vaccinale sont en diminution à l’échelle nationale et mondiale. Je profite de cette occasion pour dire à mes frères et sœurs en Islam que le vaccin est là pour réduire les risques de contamination. Et je dirais même que le vaccin est une nécessité. J’invite à cet effet les imams, les guides et les dignitaires et tous les fidèles musulmans à se faire vacciner. Car aujourd’hui c’est gratuit, mais on ne sait pas pour demain.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category