Fête de la musique : hommage aux musiciens

Hier, 21 juin, jour dédié à cette commémoration dans le monde, le ministre Bidoung Mkpatt a salué la bravoure des artistes continuant à exercer dans un contexte sanitaire difficile.

Au ministère des Arts et de la Culture, la musique se célèbre dans la réflexion. Hier, 21 juin 2021, journée calée pour cette commémoration, la 40e édition a donné lieu à une déclaration du ministre Bidoung Mkpatt, suivie d’une visite de la section du Musée national réservée à l’exposition d’instruments traditionnels, et enfin d’un débat autour du thème retenu cette année : « La musique aux intersections. » Comment célébrer la musique sans revenir sur le contexte particulier dans lequel elle s’exprime ou s’efforce de s’exprimer depuis bientôt deux ans ? La pandémie de Covid-19 qui a freiné l’épanouissement des artistes et des populations, privés de shows et de spectacles au regard du respect scrupuleux des mesures barrières, a fait ressortir paradoxalement des qualités de résilience chez nombre de professionnels du secteur. 


Read also : Danse : spiritualité africaine en mouvements

Le Minac a d’ailleurs ressorti cette capacité d’ajustement dans son discours de circonstance. « Malgré toutes ces contraintes, les artistes musiciens n’ont pas abdiqué. Leur créativité a été mise à contribution, à l’instar de ces artistes qui ont réagi positivement à l’appel du chef de l’Etat les invitant à privilégier des solutions endogènes à cette maladie. La résilience de nos artistes musiciens s’est également manifestée par une adaptation ingénieuse à la digitalisation, au nouveau système du marché des biens et des services artistiques et culturels », a rappelé le ministre Bidoung Mkpatt. 


Read also : Musique : Laro Njoh, gardienne des traditions

En plus de saluer la mémoire des artistes disparus, le Minac a également rendu un vibrant hommage « à toutes celles et à tous ceux qui ont sacrifié de jour comme de nuit, leur sommeil et leur énergie, afin de continuer à égayer par ces puissantes mélodies le quotidien des Camerounais. » Cette célébration de la Fête de la musique a offert la possibilité au Minac de revenir sur la responsabilité qui engage les musiciens. « Vous, artistes musiciens, avez plus que jamais la responsabilité, de par votre esprit créatif, de façonner une société solidaire, tolérante, éprise de paix et de justice, consciente de son riche potentiel et patrimoine culturels », a suggéré le patron des Arts et de la Culture, avant de souligner que seule l’organisation peut permettre aux musiciens professionnels de mieux se structurer. Il les a alors tous invités à s’impliquer dans le pôle art musical. 


Read also : Festival de Cannes 2021 : le choc de « Titane »

Cette idée de structuration a une fois de plus été évoquée au cours d’une conférence-débat, deuxième articulation de ces célébrations de la 40e édition de la Fête de la musique par le ministère de tutelle, tenue en présence de noms comme Govinal, Sissy Dipoko, Ama Pierrot, entre autres. « L’absence de structuration est un des gros problèmes de la musique. Il y a urgence de mettre en place des écoles d’art au Cameroun », a clamé l’un des panélistes réunis autour du Secrétaire général par intérim du Minac, Blaise Jacques Nkene


Read also : Spectacle : chanson française version Kamer

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category