Filière aquacole : l’Etat veut attirer des investisseurs

Le ministre Taïga a présidé hier à Yaoundé la première session du Comité interministériel chargé de l’accompagnement des investisseurs.

Le comité interministériel chargé du suivi de l’installation des investisseurs aquacoles privés, créé en mars dernier, a tenu sa première session hier à Yaoundé. Présidé par le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animale (Minepia), Dr Taïga cette réunion avait un but précis : « créer une nouvelle classe d’hommes d’affaires, des patrons de poisson et ainsi limiter l’importation de cette denrée au Cameroun. L’hydrographie du Cameroun le permet, les acteurs sont engagés et le gouvernement est réuni autour de ce comité pour accompagner tous ses acteurs à investir et à produire du poisson », a expliqué le ministre. Constitué de 20 personnes, ce comité a pour objectif d’accompagner les investisseurs privés tant nationaux qu’étrangers, à mettre en place des projets d’aquaculture commerciale rentable au Cameroun. Le ministre a par ailleurs relevé que cette première session visait à évaluer les différentes actions menées dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt par le ministère et définir des nouvelles orientations pour faciliter la suite du processus d’installation desdits investisseurs. 


Read also : Ciment, fer à béton et tôles : comment stopper la flambée

En effet, la demande nationale en produits halieutiques est estimée à plus de 500 000 tonnes par an et ne peut être satisfaite par les pêches de capture dont les productions, cumulées à celle de l’aquaculture, sont estimées à 335 000 en 2019 tonnes dont 9 100 tonnes pour l’aquaculture. Le déficit d’approvisionnement est comblé en partie par les importations qui, malgré une tendance à la baisse depuis trois ans, se situent à 185 000 tonnes en 2019. 


Read also : Filière porcine : sous haute surveillance !

On se souvient que lors du Conseil de cabinet du mois de février 2019, le Premier ministre avait instruit de tout mettre en œuvre pour renverser cette tendance, afin de limiter la forte dépendance du Cameroun aux approvisionnements extérieurs notamment en matière de poissons et de booster la production locale. En application de ces directives visant à développer l’aquaculture et la commercialisation des produits aquacoles et de pêche au Cameroun, le Minepia a lancé, le 15 juillet 2020, un appel à manifestation d’intérêt en direction des opérateurs économiques, nationaux et/ou étrangers. Les soumissionnaires étaient appelés à faire des aménagements appropriés sur les sites qu’ils auront choisis et à proposer des modèles économiques tout en utilisant les techniques et technologies appropriées. 


Read also : Crédits aux entreprises publiques et privées : l’Etat donne sa garantie aux banques

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category