Parole aux candidats à la Présidentielle gabonaise

La campagne électorale officielle pour le scrutin du 27 août est ouverte depuis samedi dernier.
Les 14 personnalités qui briguent la magistrature suprême du Gabon ont depuis samedi dernier, le droit de s’adresser à l’envi à leurs électeurs. La campagne présidentielle est partie sur les chapeaux de roue, avec la démonstration de force du président sortant Ali Bongo Ondimba, candidat à sa propre succession. Le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) a rassemblé des dizaines de milliers de militants dans le grand stade d’Angodjé près de Libreville. Pour la circonstance, Ali Bongo Ondimba a martelé qu’il était l’homme de la situation pour le Gabon. Pour lui, ses adversaires « ont peur ». Le président sortant invite, par ailleurs, ses compatriotes à l’accompagner dans son désir de changement du pays. C’est le message qu’il a délivré dimanche à Lambaréné.
Les 13 rivaux du président sortant essayent eux aussi depuis samedi, avec les moyens du bord, de faire entendre leurs voix. Le plus visible le week-end dernier a été l'ex-président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping. Il a tenu un meeting dans la région de Lambaréné samedi. Il en a profité pour décocher des flèches contre le président sortant. Il a ressassé l’antienne de l’opposition gabonaise selon laquelle, Ali Bongo Ondimba serait un enfant du Nigéria adopté et qu'il ne peut être de ce fait président de la République gabonaise. Les autres candidats de l’opposition se sont montrés très discrets. L’ex-président de l'Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama accuse même le pouvoir de ne lui avoir pas donné l’autorisation de tenir son meeting samedi dernier dans un  stade de Libreville.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie