Ouest : la campagne de vaccination lancée

Plusieurs usagers ont reçu la première dose du vaccin hier dans les 20 districts de santé de la région.

« Se faire vacciner, c’est être responsable. J’invite tous mes frères et sœurs à suivre mon exemple, afin de se protéger contre cette pandémie. » C’est un homme heureux qui a accepté de recevoir hier, au service de santé publique de l’hôpital régional de Bafoussam, la première dose du vaccin contre le Covid-19. Paul Atanga, 38 ans, ingénieur de génie civil de formation, était accompagné de son épouse qui a également souscrit à la démarche pour le bien de la famille. Dans ce point fixe de vaccination de l’HRB, le personnel se tient prêt dès le matin à recevoir volontaires. 
« Lorsqu’un usager arrive au point de vaccination, le vigile lui montre le site où il est accueilli par le personnel. On lui laisse un temps de repos qui permet de faire le counseling, lui parler de l’apport et de l’importance de la vaccination et la nécessité de sensibiliser son entourage car, la troisième vague arrive et il est impérieux de ne pas se faire contaminer par ce virus. Ensuite, on l’enregistre, puis on le vaccine, en lui remettant sa carte de vaccination (carte jaune) avant de lui donne rendez-vous après quatre semaines pour la deuxième dose », explique Georgine Dongmeza, la major du service de santé de l’HRB.
Selon le directeur de l’HRB, Pr Georges Enow Orock, cette formation sanitaire dispose de plus de 5000 doses de vaccins Astra Zeneca pour vacciner la population. Quoique timide hier en matinée dans certains points fixes, la campagne nationale de vaccination intensive contre le Covid-19 est bel et bien effective dans la région de l’Ouest. A Bafoussam, des équipes mobiles et des postes fixes de vaccination ont été mis sur pied pour une meilleure couverture vaccinale. C’est également le cas dans les sept autres départements de la région. L’objectif étant de vacciner le plus grand nombre de citoyens. A la prison centrale de Bafoussam, plus de 300 prisonniers ont reçu la première dose du vaccin hier. Charles Tetamo, chef de bureau de santé de la Mifi précise que 50 mobilisateurs sont déployés sur le terrain (ménages, administrations, entreprises) et conduisent la cible vers les équipes de vaccination. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category