Vacances scolaires : comment occuper les enfants

Cinéma, parcs, restaurants, manèges… Les parents redoublent d’idées pour trouver des divertissements et ainsi éviter l’ennui à leur progéniture.

Patricia, 8 ans, Gabi, 10 ans et Basile, 13 ans s’amusent dans les jardins du Bois Sainte Anastasie. La journée du samedi 3 juillet est ensoleillée à Yaoundé, et se prête à plus de distractions. Accompagnés de leur mère, ils profitent déjà des grandes vacances scolaires. « Ils ont pris leurs bulletins la semaine dernière. J’avais promis une sortie spéciale s’ils passent avec une bonne moyenne. Comme ils l’ont fait, je suis venue leur offrir quelques moments de détente », relève la mère de famille. En début du mois de juillet, les espaces de jeux, les restaurants et les piscines, entre autres, sont pris d’assaut par les vacanciers. Ces espaces propices à la détente sont les premiers choix des parents. D’ailleurs, les enfants y sont à leur aise. Même les plus grands se prêtent au jeu. La plupart des mères et autres adultes accompagnateurs rencontrés se plaisent à s’amuser avec les enfants. 
Il y a également la salle de cinéma Canal Olympia, qui avec des tarifs alléchants (500 F pour les enfants de moins de 12 ans), constitue un véritable axe de divertissement. D’ailleurs à l’affiche en ce moment, on retrouve de nombreux films pour enfants, entre autres « Pierre Lapin 2 », « Les Croods 2 : une nouvelle ère ». Les adolescents y trouvent également leur compte. D’autres parents pensent déjà à la rentrée prochaine et trouvent à leurs vacanciers des stages rémunérés dans des structures publiques ou privées. « Sous le conseil de ma mère, j’ai déjà déposé ma demande de stage dans une fabrique de parpaings. D’habitude, lorsqu’on nous prend là-bas, chaque personne gagne environ 3000 F par jour », indique Daniel K., 19 ans. Le jeune homme attend les résultats du baccalauréat qu’il a passé. « Si je réussis à cet examen, cet argent sera utilisé pour assurer mes besoins de l’école », explique-t-il. 
Vacances scolaires et voyages, c’est aussi un choix favori de plusieurs parents. « Cette année je compte envoyer mes enfants au village, à Sangmélima. Il faut qu’ils aillent passer du temps avec leurs grands-parents. Je trouve cela bénéfique parce qu’ils ne doivent pas perdre de vue leurs origines », souligne Pascale Meyo. Il y a de tout pour occuper les enfants. Il suffit de faire appel à son imagination.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category