Nécessaire vigilance

Les événements survenus très tôt dans la matinée du 14 juillet 2021 dans la petite localité de Zavion, dans l’arrondissement de Babadjou, département des Bamboutos dans la région de l’Ouest, sont venus rappeler combien la menace existe toujours dans ces localités proches des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Une attaque qui a fait deux morts dans les rangs des forces de défense et de sécurité et qui indique, comme l’a du reste relevé le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo, dépêché sur les lieux le week-end dernier par le président de la République, la nécessité de rester mobilisé face à ces menaces que constituent les bandes armées qui continuent de faire des victimes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La présence à la réunion stratégique de vendredi dernier des responsables de la Région militaire interarmées n°5, le général Valère Nka et son collègue de la gendarmerie, Ekongwese Divine Nnoko, dont la compétence s’étend également sur la région de l’Ouest, était un indicateur de l’importance de cette rencontre à huis clos qui devait définitivement sceller le sort de ces hors-la-loi dont la mission est désormais de priver les populations de tranquillité, en installant la peur et le doute dans leurs habitudes de vie. On l’a du reste constaté dès les premiers moments des incidents du 14 juillet dernier. Des incursions de bandes armées qui touchent également les départements du Noun et de la Menoua.
L’émissaire du président de la République dans la région de l’Ouest s’est voulu à la fois rassurant, en annonçant des mesures pour faire face à des menaces éventuelles, avec le renforcement des effectifs au sein des unités où la nécessité se fait sentir, mais aussi ferme, lorsqu’il a évoqué la nécessité de resserrer la discipline dans les rangs, ce qui devrait permettre plus de cohésion dans les actions sur le terrain. La descente du ministre délégué à la présidence de la République à l’Ouest traduit la volonté du haut-commandement de tout mettre en œuvre pour permettre à toutes les populations d’ici en général, et celles des départements des Bamboutos, de la Menoua et du Noun, en particulier de retrouver une certaine quiétude qui devrait leur permettre de mener leurs activités en toute sérénité. Pour y arriver, une vigilance de tous les instants est nécessaire, non seulement du côté des éléments des forces de défense et de sécurité, mais aussi chez ces populations qui peuvent apporter leur contribution en fournissant le renseignement prévisionnel nécessaire à travers leurs comités de vigilance.  
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category