Concurrence en zone Cemac : les enquêtes sectorielles bientôt lancées

Les procédures applicables en la matière sont examinées par la 3e session du Conseil communautaire ouverte lundi dernier à Douala.

Trois mois après les dernières assises, les membres du Conseil communautaire de la concurrence (Ccc) de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) sont réunis en présentiel et par visioconférence pour une troisième session depuis ce lundi 30 août 2021 à Douala. Objectif général des travaux, dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par Michel Niama, commissaire au marché commun de la Cemac : aboutir à l’application du règlement communautaire de la concurrence dans les pays de la zone. Avec une finalité rappelée par le président en exercice du Ccc, Léopold Noël Boumsong : « Que le marché fonctionne bien, conformément aux règles, et que les pratiques anti-concurrentielles, qui sont occultes, souterraines, soient combattues pour qu’à la fin, les consommateurs en tirent satisfaction. »
Ces troisièmes assises, qui s’achèvent le 4 septembre prochain, se pencheront principalement sur deux sujets. D’abord, l’examen de deux projets de concentration par acquisition, avec l’exposé des faits assuré par Juliette Engoue, directrice du Commerce et de la Concurrence de la Commission de la Cemac. Deuxième point, l’atelier de formation, de renforcement des capacités et de partage d’expériences. Un atelier au cours duquel il sera question d’examiner les procédures applicables en matière d’enquête sur les pratiques anticoncurrentielles, notamment. Les enseignements tirés de cette formation contribueront à une meilleure réalisation des enquêtes sectorielles qui sont confiées aux autorités nationales de la concurrence par la Commission de la Cemac. Enquêtes qui devraient démarrer dans les prochains jours.
Tous ces échanges cristallisent les attentes des autorités nationales de la concurrence des différents pays présentes à la rencontre. C’est le cas par exemple de Philippe Nsonde-Mondzie du Congo et Vissia Bouranga du Tchad, qui appellent de tous leurs vœux l’harmonisation des textes. Ceci afin de garantir un Marché Commun suffisamment concurrentiel, favorisant la compétitivité des entreprises opérant en zone Cemac et contribuant grandement au développement des pays membres.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category