Journée internationale de la paix : Ngaoundéré sonne les cloches

C’était dans le cadre du prolongement de cette célébration par l’AFFADA qui a saisi cette opportunité pour sensibiliser la population mercredi dernier.

Une caravane motorisée constituée en majorité des motos-taxis et de quelques véhicules a sillonné toutes les artères de la ville de Ngaoundéré mercredi dernier. Avec klaxons et chants, tous ont magnifié les bienfaits de la paix au Cameroun et plus particulièrement dans la région de l’Adamaoua. C’était au lendemain de la célébration de la Journée internationale de la paix qui s’est tenue le 21 septembre dernier avec pour thème : « Se relever pour un monde plus équitable et plus durable ». Cette initiative de l’Association des filles et femmes de l’Adamaoua pour la paix au Cameroun (AFFADA) sous la houlette de sa présidente Françoise Aï Baba Hamadou a été l’occasion pour toutes les communautés vivant à Ngaoundéré de resserrer les liens de l’unité, de fraternité, d’amour et du vivre-ensemble dans la diversité. Surtout que l’on se souvient encore des derniers événements sur le port de l’écusson avec la croix au collège de Mazenod réfuté par les parents d’obédience musulmane et qui ont connu une fin heureuse grâce à l’arbitrage du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji
Au cours de la rencontre multi acteurs regroupant les élèves des collèges Islamique, de Mazenod et Protestant ainsi que leurs responsables, Madame Françoise Aï Baba Hamadou, présidente de l’AFFADA a rappelé qu’il s’agit d’un rappel tous les ans des vertus de la paix à la population. « C’est important d’engager les autorités administratives, religieuses traditionnelles dans la promotion de la paix. Il est question pour nous de redire qu’il n’y aura jamais de développement durable sans la paix. En tant que femmes et citoyennes c’est un devoir de la promouvoir », a-t-elle insisté. Après la lecture du message du secrétaire général de l’ONU, l’inspecteur général des services du gouverneur, Koue Gaskreo, représentant le gouverneur empêché, a demandé aux uns et aux autres de se joindre aux efforts du président de la République, mendiant de la paix pour un monde équitable et durable. Dans un contexte sanitaire marqué par la pandémie à Covid 19, une invite a été adressée à la population de Ngaoundéré de vivre dans l’unité pour la vaincre. « Nous ne sommes pas l’ennemi l’un de l’autre. Nous devons faire la paix avec nous-même et la nature pour faire face au Coronavirus. Tout en saluant les valeurs du vivre-ensemble, de communion, de fraternité prônées par l’AFFADA, l’inspecteur général des services du gouverneur a relevé qu’il faut remplacer les actes de haine par la gentillesse, la confiance afin que les générations futures puissent s’épanouir dans la paix sans se poser de questions. Au cours de cette rencontre, les représentants des collèges Islamique, de Mazenod et Protestant ont fait chorus pour la paix. Et c’est par une caravane motorisée que la présidente de l’AFFADA et son équipe ont sillonné les artères de la ville de Ngaoundéré avec pour seul objectif : une vie paisible dans le château d’eau du Cameroun.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category