Bonabéri : l’homme, les huit voisines et la propriétaire

La scène, digne d’un scénario de télé novelas, s’est déroulée dans une mini-cité à Bonabéri (arrondissement de Douala IV) jeudi 7 dernier octobre dans la nuit. Au départ il y a Martin T., qui entretient des relations intimes avec chacune de ses huit voisines. Tableau de chasse complété par la  bailleresse elle-même. Précisons qu’il a une « titulaire », qui venait de temps à autre passer la nuit avec lui. Autre précision : une des huit voisines, Annie F., vivait maritalement avec son fiancé.
Jeudi dernier, cette dernière informe son fiancé qu’elle sort pour une réunion en soirée. La fameuse « réunion » se tient en fait dans la chambre de Martin T. Tard dans la nuit, une autre voisine, étonnée de ne pas recevoir de signe du jeune homme ce soir-là, sort de chez elle pour s’enquérir de la situation. Arrivée près de la porte de Martin T., elle tombe sur la voisine fiancée qui, elle, venait de finir sa « réunion ». Aussitôt, une dispute éclate. Et c’est la fiancée qui engage la bagarre. Le voisinage est alerté, y compris les six autres « conquêtes » de Martin, chacune découvrant à l’occasion l’ampleur des infidélités du bonhomme. C’est ainsi que la bagarre se généralise.
Sur ces entrefaites, la propriétaire arrive à son tour et découvre qu’elle n’est pas seule à jouir des « services » de Martin T. « Donc tu as osé me mélanger avec ces enfants ? », va-t-elle tonner. Avant d’entrer elle aussi dans la rixe. Nos sources affirment qu’il a fallu beaucoup de détermination au reste du voisinage pour mettre un terme à la bagarre générale. Comme il fallait s’y attendre, la propriétaire a chassé Martin T. de sa mini-cité. On ignore ce qu’il a dit à sa « régulière » pour expliquer ce déménagement non annoncé.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category