Sommet de la Francophonie : probable report à 2022

Le Conseil permanent de l’institution qui regroupe les représentants des chefs d’Etat et de gouvernements l’a fortement suggéré mardi dernier lors d’une visioconférence.

Le 18e sommet mondial de la Francophonie, prévu les 20 et 21 novembre 2021 à Djerba en Tunisie, pourrait être repoussé à 2022. C’est une forte recommandation du Conseil permanent de la Francophonie (CPF) lors de sa réunion par visioconférence mardi dernier. Cette recommandation sera soumise pour approbation (C’est presque un acquis), à la conférence ministérielle de la Francophonie vers la fin de ce mois. Le CPF est une instance de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui regroupe les représentants personnels des chefs d’Etat et de gouvernement.  Il est chargé de la préparation et du suivi du sommet. L’idée de ce report était déjà évoquée le 28 septembre lors d’une réunion du CPF. Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’OIF a déjà commencé des consultations à ce sujet. Elle était le weekend dernier à Tunis où elle a été reçue par le président de la République, Kaïs Saïed. 
Il y a plusieurs supputations au sujet de ce probable report. D’aucuns parlent des préparatifs qui auraient pris du retard, tandis que d’autres soupçonnent des influences politiques et d’autres vents contraires. Le climat politique en Tunisie a été pour beaucoup dans l’idée du report. Le pays devant abriter la rencontre est resté pendant plusieurs semaines sans Premier ministre, avec un parlement gelé et les pleins pouvoirs assumés par le président de la République qui a par ailleurs suspendu plusieurs chapitres de la Constitution.
Dans un communiqué publié mardi soir, l’OIF indique que « les représentants des Etats membres du CPF ont débattu ouvertement et…sont parvenus à un consensus sur la nécessité de reporter d’un an, le 18e sommet…afin de permettre à la Tunisie de pouvoir l’organiser dans les conditions les plus optimales ». Une session extraordinaire de la conférence ministérielle se tiendra dans les plus brefs délais pour acter la proposition. 
Ce report est le second, après celui motivé par la pandémie du Covid-19 en 2020. A l’île de Djerba, les préparatifs allaient bon train avec la plantation de 500 arbres le long de la route de l’aéroport. La ville attendait ce sommet pour sauver une saison touristique difficile. Ce n’est que partie remise. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category