Fespaco 2021 : Benjamin Eyaga dans la cour des grands

Le réalisateur camerounais vit cet évènement au rythme de sa série « Les secrets de l'amour », en compétition cette année.

Lundi dernier, la projection des trois épisodes de la série « Les secrets de l'amour » du Camerounais Benjamin Eyaga, a été mouvementée. A deux reprises, il y a eu suspension d'énergie électrique au Centre national des arts, du spectacle et de l'audiovisuel (Cenasa) de Ouagadougou, en milieu d’après-midi. Benjamin Eyaga, le réalisateur de la série « Les secrets de l'amour » quitte son siège et va se renseigner sur les raisons de cette coupure subite. Selon la programmation, cette plage horaire est celle réservée à la diffusion de trois épisodes de sa série qui en compte 70. Heureusement, tout finit par rentrer dans l'ordre. Benjamin Eyaga suit donc avec attention, comme la trentaine de personnes présentes dans la salle, les trois épisodes d'une durée de 26 minutes chacun. A ses côtés, Narcisse Wandji, le réalisateur de « Bendskins » en compétition dans la catégorie long métrage.
Dans cette salle du Cenasa, le rêve de Benjamin Eyaga est devenu une réalité. Lui qui, en envoyant quelques épisodes de sa série au staff du Fespaco, était loin de se douter que celle-ci sera retenue pas seulement pour les projections, mais aussi pour concourir. « A l'annonce de la sélection de ma série, j'ai sauté dans la maison pendant au moins une heure, tellement j’étais content. C’est un exploit de faire partie des meilleurs d'Afrique », reconnaît-il. Benjamin Eyaga n'est pas seulement producteur et réalisateur de la série. Il y tient également un rôle. Le synopsis ? L'acteur principal, Billy Manga annule son mariage à quelques heures de la célébration après avoir rencontré une autre fille dont il est tombé follement amoureux. « Ma série met aussi en lumière la violence conjugale, l'alcoolisme et le trafic d'objets illicites », ajoute Benjamin Eyaga. Parmi les autres acteurs, on retrouve Rigobert Tamwa et Patrick Oyono. Les chanteuses, Kareyce Fotso et Sanzy Viany prêtent également leur image.
La série a été entièrement tournée à Yaoundé pendant cinq mois, du 1er mai au 20 octobre 2020. Faute de moyens financiers conséquents, bien qu'ayant reçu une aide du ministre des Arts et de la Culture, il lui aura fallu près d'un an de post-production. « Le cinéma camerounais a le vent en poupe en ce moment. Le gouvernement doit nous faire confiance », souhaite le réalisateur dont la série n'est pas encore commercialisée. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category