Dialogue national inclusif : le Tchad dépêche des émissaires à l’étranger

Les deux missions envoyées en Egypte et en France ont pour objet de prendre contact avec les responsables politiques et militaires en exil en vue de leur participation à ce rendez-vous.

Le dialogue national s’ouvre au Tchad en novembre prochain. En prélude à cette grand-messe, les autorités de N’Djamena viennent de dépêcher à l’étranger deux premières missions pour tenter de convaincre certaines personnalités en exil à y prendre part. Conduite par le général Mornadji Mbaissanabe Karouba, une délégation séjourne en Egypte. Tandis qu’une autre, conduite par l’ancien ministre des Finances Mahamat Allamine Bourna, se trouve en France. Pilotées par l’ancien président tchadien, Goukouni Weddeye, ces deux missions devront échanger avec les personnes à contacter sur leurs conditions de participation à ce grand rendez-vous. Mais, certains responsables des groupes armés ont d’ores et déjà conditionné leur participation à une amnistie générale. Tout comme d’autres veulent au préalable s’assurer non seulement de la sincérité du gouvernement, mais surtout avoir des garanties quant à leur sécurité. 
Annoncé par le général Mahamat Idriss Deby, président du Conseil militaire de transition (CMT), lors de son premier discours à la nation le 27 avril dernier, ce dialogue national se voudra inclusif. A en croire son initiateur, cette grand-messe sera un moment de réconciliation entre Tchadiens. « Je serai le garant de ce dialogue qui n’éludera aucun sujet d’intérêt national selon un calendrier précis que le gouvernement sera appelé à dévoiler. Dans les prochains jours et après les consultations en cours, un Conseil national de transition, représentatif de toutes les provinces et de toutes les forces vives de la Nation sera également mis en place, de façon consensuelle et concertée, pour permettre l’accompagnement législatif de l’action gouvernementale et donner au pays les bases d’une nouvelle Constitution », avait-il souligné.
Fort de 93 membres, un Comité d’organisation nommé le 2 juillet dernier est à pied d’œuvre pour mettre en place un cadre devant permettre un échange franc et sincère entre les forces vives et la diaspora tchadienne sur les problèmes du pays. L’opposant historique, Saleh Kebzabo, fait partie des personnalités devant contribuer à la réussite de ces travaux. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category