Vernissage : des « Art-doises » pour promouvoir l’éducation

Objectif de la dernière exposition du plasticien, Alioum Moussa, qui se déroule depuis quelques jours à l’Institut français de Yaoundé.

L’Institut français du Cameroun (IFC), antenne de Yaoundé a des allures d’une salle de classe depuis quelques jours. Des dizaines d’ardoises ayant des visages d’enfants sont placardées çà et là sur les murs de ce centre culturel situé à l’Avenue Kennedy. C’est à la faveur de l’exposition « Art-doise » du plasticien Alioum Moussa
Il s’agit d’un projet en faveur de l’éducation des enfants dans la région de l’Extrême-Nord, d’où le choix des ardoises, l’un des premiers outils d'apprentissage utilisés à l’école, comme socle de son travail artistique. Les 500 ardoises présentées au grand public le 5 octobre dernier au cours du vernissage ont été conçues en trois semaines par Alioum Moussa, afin d’attirer l’attention sur les inégalités d’accès à l’éducation et de récolter des fonds pour subventionner la scolarisation des enfants défavorisés. Objectif : être utile et au service de la société dans laquelle il puise son inspiration au quotidien. « Je viens de l’Extrême-Nord où j’ai constaté tellement de souffrances autour de moi et des inégalités. En face, on a des murs construits à hauteur de millions et de l’autre côté, vous n’avez même pas de puits pour que les populations puissent s’abreuver. C’est à force d’aller en vacances chez moi que je me suis demandé comment est-ce que je peux réaliser quelque chose de petit, plus petit qu’un mur à hauteur de millions et qui peut s’inscrire dans la durée », a confié l’auteur de l’exposition « Art-doise ». Ceci, avant d’ajouter : « Autour de moi, je vois des gens qui attendent désespérément la solution miracle de l’élite intellectuelle et politique de notre pays. Nous avons, dans cette région, des hautes personnalités de notre gouvernement, pendant ce temps, l’Extrême-Nord est la région où il y a plus de décrochage scolaire et la sous-scolarisation des enfants à l’école. Je me suis demandé quel avenir peut-on espérer pour nos enfants s’ils passent à côté de la scolarisation. Surtout pour la jeune fille ». 40% des revenus de cette exposition qui court jusqu’au mois de novembre seront reversées aux associations qui œuvrent pour l’éducation afin d’inscrire les enfants démunis à l’école. Un sens de l’engagement salué par l’IFC qui n’a ménagé aucun effort pour l’accompagner dans cette initiative.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category