Aménagement urbain : Douala déblaie le terrain

La communauté urbaine a engagé un ensemble d’actions contre l’occupation anarchique des sols et les constructions illégales dans la cité économique.

Il a été récemment créé, au sein de la Communauté urbaine de Douala (CUD), une Régie foncière et domaniale (RFD). L’une de ses principales missions, en dehors de la constitution des réserves foncières, est le recensement et la sécurisation des espaces réservés aux équipements publics dans la cité économique camerounaise. Ce travail est en cours et il implique de potentiels déguerpissements de personnes ayant occupé des sites sans droit ni titre au détriment de la Ville. C’est là l’une des actions menées par la CUD pour assurer une occupation harmonieuse et réglementée des sols de la ville de Douala qui, dans son aménagement, a un besoin important en équipements publics (jardins, espaces dédiés à la pratique du sport, écoles, hôpitaux, etc.).
Occupation réglementée des sols, mais pas seulement. Dans les préoccupations de la ville, la réglementation appliquée, avec le concours des administrations publiques, locales, des ordres professionnels… a aussi pour objectif d’assurer des constructions répondant aux normes et permettant d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Et c’est pour sensibiliser la population et les différents acteurs impliqués dans l’aménagement urbain de la ville que la CUD a organisé, du 22 au 26 novembre 2021 à la Salle des fêtes d’Akwa, les « Journées de l’urbanisme de Douala » (JUD).
Occasion saisie par le maire de la ville de Douala, le Dr Roger Mbassa Ndinè, de camper le contexte qui appelle à une mobilisation urgente des parties prenantes. Ce contexte, c’est d’abord des immeubles qui continuent de s’effondrer. Par exemple, entre mai et août 2021, la cité économique a enregistré des écroulements et affaissements de bâtiments à Beedi, Bonapriso, Logbessou, Camp Yabassi, avec des pertes en vies humaines parfois. Une situation qui a d’ailleurs amené l’Ordre des ingénieurs de génie civil (ONIGC) à tirer la sonnette d’alarme. Et en septembre dernier, la Communauté urbaine a lancé une opération de destruction des immeubles à risque.
Autres maux : les constructions anarchiques dans tous les quartiers, des habitations précaires, des litiges fonciers en tête de file dans les tribunaux, des inondations qui surviennent dans certains quartiers malgré les moye...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category