Gestion des risques et sécurité alimentaire : une nouvelle ère s’ouvre

Trois projets de loi ont été défendus hier, à l’Assemblée nationale par les ministres en charge des Finances, de l’Eau et de l’Energie, ainsi que de l’Agriculture et du Développement rural.

Les membres de la Commission des Affaires étrangères ont eu une journée chargée hier, 23 mars. Ils ont reçu trois membres du gouvernement venus solliciter le quitus de la Représentation nationale pour que le Cameroun puisse adhérer à certains organismes internationaux. Le premier membre du gouvernement à leur expliquer l’intérêt d’une telle adhésion était le ministre des Finances (Minfi). Louis Paul Motaze, a ainsi défendu le projet de loi autorisant le président de la République à procéder à l’adhésion du Cameroun à l’accord portant création de l’institution de la mutuelle panafricaine de gestion des risques (ARC). Selon le Minfi, le Cameroun aura dès lors la possibilité de souscrire au profit des populations victimes des dérèglements climatiques. Ce qui va garantir le versement des indemnités visant à compenser les pertes causées par ces phénomènes météorologiques et autres catastrophes naturelles. 
C’est dans la perspective de répondre aux désastres causés par les changements climatiques que s’inscrit le projet de loi défendu par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Gabriel Mbaïrobe. Ledit texte devra autoriser le président de la République à ratifier le statut de l’Organisation de la coopération islamique pour la sécurité alimentaire adopté en 2013 à Conakry en Guinée. Le Minader a expliqué aux membres de la Commission des Affaires étrangères que le Cameroun pourra ainsi développer son potentiel agricole, agropastoral et ha...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category