Production aquacole : disponibilité de l’aliment à assurer

Un atelier organisé par le ministère en charge des pêches s’est penché sur la question mercredi dernier à Yaoundé.

La production aquacole au Cameroun doit nécessairement augmenter. Et ceci ne sera possible que si l’aliment, qui représente près de 75% du coût de production de cette denrée est disponible en quantité et en qualité. D’où l’atelier d’échanges sur l’aliment de poissons et son impact sur la performance de la production aquacole au Cameroun organisé mercredi 25 mai dernier par le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia). L’objectif ici était de favoriser le développement de la filière en levant les contraintes liées à la disponibilité de l’aliment pour poisson. Les acteurs de la chaîne devaient donc mener une réflexion sur la disponibilité et l’accessibilité des aliments pour poissons vendus au Cameroun mais aussi discuter de la qualité de l’aliment produit localement. Mais d’abord, on a recensé les actions que le gouvernement mène déjà pour baisser le coût des aliments. On peut citer la sensibilisation et l’octroi des autorisations d’importations aux opérateurs privés afin d’assurer la disponibilité  en aliments pour poissons de qualité et à des coûts réduits. 
Grâce à ces initiatives, le nombre d’importateurs et de marques d’aliments pour poissons importés disponibles sur le marché local a pu augmenter, passant de deux en 2015 à treize en 2022. Il y a aussi eu la réalisation d’études et le renforcement des capacités et l’accompagnement de plusieurs opérateurs sur la production de l’aliment local. « Grâce à ces actions, l’aliment est désormais disponible sur le marché malgré les ruptures sporadiques de stocks impo...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category