Afrique : comment le Japon soutient l’industrialisation

En prélude à l’ouverture de la 8ème Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 8), qui se tiendra à Tunis du 27 au 28 août 2022, une table ronde à laquelle a participé le MINPMEESA a eu lieu en ligne le 24 août dernier pou

La 8ème édition de la Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 8) se tient à Tunis (Tunisie) du 27 au 28 août 2022. Les échanges entre les participants vont s’articuler autour de trois axes : atteindre une croissance durable et inclusive avec une réduction des inégalités économiques ; parvenir à une société durable et résiliente fondée sur la sécurité humaine ; et construire une paix et une stabilité durables en soutenant les propres efforts de l’Afrique. L’objectif visé, au plan économique, est de transformer le continent africain en région à croissance vigoureuse tout en tirant parti de la résolution des problèmes sociaux convertis en opportunités de développement. Sur le plan social, il est question de créer des conditions en vue de l’émergence d’une société résiliente et durable. Le troisième volet vise quant à lui à réaliser une paix et une stabilité durables par la consolidation de la démocratie, de la paix, la résilience des communautés et la prévention des conflits. La TICAD 8 se tient en format hybride, le nombre de participants en présentiel étant réduit du fait du contexte sanitaire lié au Covid-19. 27 événements parallèles officiels organisés par la JICA, sont prévus du 22 au 26 août 2022, en marge de la TICAD 8.                                                                                                         
L’un de ces événements parallèles a été organisé le 24 août 2022 par l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), en étroite collaboration avec l’Agence de Développement de l’Union Africaine (AUDA-NEPAD). Il s’agissait d’une table ronde en visioconférence sur le thème : « Accélérer l’industrialisation de l’Afrique avec les méthodes KAIZEN et la création d’emplois décents ». Plusieurs personnalités ont pris part à la rencontre. Dans son propos introductif, Mme Nardos BEKELE-Thomas, Directrice Générale de l’AUDA-NEPAD, a déclaré que les Petites et Moyennes Entreprises (PME) représentent plus de 90% de l’ensemble des entreprises sur le marché africain. Le soutien à ces PME, a-t-elle ajouté, est donc essentiel pour améliorer leur productivité et leur compétitivité sur toute la chaîne de valeurs afin qu’elles créent des biens et des services de qualité. C’est dans ce cadre que la méthode KAIZEN, conçue en 1955 et expérimentée avec succès au Japon, a été ensuite étendue à l’Afrique il y a quelques années déjà sous la forme de l’Initiative KAIZEN pour l’Afrique. Celle-ci est utilisée comme moteur pour booster la croissance des PME africaines. Depuis son lancement en 2017 sur le continent, a poursuivi Mme Nardos BEKELE-Thomas, il y a eu beaucoup d’avancées. « Des réalisations quantitatives et qualitatives, basées sur les principes KAIZEN qui nous permettent d’améliorer la productivité des biens qui sont échangés, les compétences des PME ainsi que leur capacité à être résilientes. Cela a été aussi très utile pour catalyser le changement des mentalités des chefs d’entreprises et des personnels afin de réduire les coûts d’exploitation et les gaspillages. Des compétences, la créativité et l’innovation nécessaires aux entreprises ont été développées dans un monde en pleine mutation. Cette initiative fonctionne bien. Il y a des conférences annuelles qui sont organisées et des prix internationaux qui sont décernés pour encourager les entreprises à toujours améliorer leurs performances », a-t-elle expliqué. Après ce propos liminaire, la première partie de la table ronde a été consacrée aux témoignages sur les bienfaits de la méthode KAIZEN dans différents pays africains. Ont ainsi pris la parole, Mme Neila NOUIRA GONJI, Ministre de l’Industrie, des Mines et de l’Energie de la Tunisie ; M. Achille BASSILEKIN III, Ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat du Cameroun ; Hon. Dr. Ashatu. K. KIJAJI, Ministre de l’Investissement, de l’Industrie et du Commerce de la Tanzanie ; Hon. Soomilduth BHOLAH, Ministère du...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category