Promotion des farines locales : on travaille en équipe

Une plateforme regroupant les acteurs du secteur se met en place depuis hier à Yaoundé.

Le lancement hier à Yaoundé, de l’assemblée générale constitutive de la plateforme des promoteurs de farines locales au Cameroun démontre que la promotion des dérivés des produits locaux est une cause nationale qui préoccupe au plus haut point. Producteurs, transformateurs, distributeurs, etc. étaient réunis autour des membres du gouvernement à la tête desquels le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey. L’objet de cette rencontre qui s’étale sur deux jours est de fédérer les efforts des divers acteurs de la chaîne et faciliter leur encadrement, à l’effet d’avoir un meilleur impact sur le marché. Bien plus, il est question de mobiliser toutes les énergies, afin de mieux promouvoir les farines locales et réduire les importations de ces produits.
Le prétexte de la mise en place de cette plateforme, instance faitière des acteurs de ce domaine découle, entre autres, des résultats de l’étude sur le positionnement stratégique de la filière fabrication des produits à base de céréales. Publiés le 20 août 2021 par le Bureau de mise à niveau des entreprises, ces données révèlent que le Cameroun a importé 830.000 tonnes de blé en 2020, pour un montant de 150 milliards de F. On note ainsi une hausse de 30.000 tonnes par rapport à l’année 2019. Paradoxalement, la production nationale de blé est, de l’avis du Minepat, « quasi nulle ». Il en découle donc une dépendance aux importations. Le Covid-19 et plus récemment la crise russo-ukrainienne sont venus accentuer le problème, à travers la rareté et la hausse des prix de certains produits de grande consommation faits à partir de farine de blé, en l’occurrence le pain et les pâtes alimentaires. Par ailleurs, le coût de la tonne de blé sur le marché mondi...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category