Patrimoine : le Mayo-Tsanaga perpétue sa tradition dans l’Adamaoua

L’Association pour le développement de cette unité administrative (Ademat) a remobilisé ses fils et filles le 16 octobre dernier à Ngaoundéré.

La cours de la résidence de Kildadi Taguiéké Boukar, gouverneur de la région de l’Adamaoua s’est avérée étroite pour contenir dix groupes de danse représentatifs du département du Mayo-Tsanaga le 16 octobre dernier. A l’occasion de leur assemblée générale, les membres de l’Association pour le développement du Mayo-Tsanaga (Ademat) ont battu le rappel des forces vives résidents dans la région de l’Adamaoua. Plus de 1000 membres dont plus de 60% de femmes. En sa qualité de fils du Mayo-Tsanaga, chef traditionnel de troisième degré dans localité de Koza et membre de l'Ademat, le gouverneur de la région de l’Adamaoua s’est félicité en premier lieu de la forte mobilisation. « Il n’y a de richesses que d’hommes, comme le disait le penseur. Le Mayo-Tsanaga est riche de sa population diversifiée, travailleuse, intègre et résiliente. Elle a une part active à jouer dans la cohésion sociale, le vivre-ensemble et le multiculturalisme en vigueur dans notre pays », a relevé le président d’honneur, lors de sa prise de parole. 
Les questions ayant trait à l'éducation, la santé, la culture, les activités économiques, agricoles étaient sur la table des réflexions entre ces fils et filles du département du Mayo-Tsanaga résidents dans la région de l'Adamaoua. Pour tous les membres de l’Ademat, toutes les composantes sociologiqu...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category