Crise en RDC : un cessez-le-feu prescrit

C’est la principale résolution du Sommet de Luanda qui s’est tenu mercredi dernier sur la question.

Un accord a été trouvé pour un « cessez-le-feu immédiat » dès ce vendredi 18h dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé Tete Antonio, ministre angolais des Affaires étrangères, à l'issue d'un mini-sommet mercredi à Luanda. Les parties se sont accordées pour le retrait des rebelles du M23 (Mouvement du 23 mars) des zones qu’ils occupent, a ajouté Patrick Muyaya, ministre de la Communication de la RDC.
Le président congolais Félix, Tshisekedi y était présent avec le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, en l'absence du président Paul Kagame. C’était pour tenter de mettre fin aux récentes tensions dans l'Est de la RDC et après l'échec d'un compromis conclu en juillet. Ils ont été reçus dans un hôtel de Luanda par le président angolais Joao Lourenco, désigné par l’Union africaine, médiateur entre les deux voisins. Évariste Ndayishimiye, chef d'Etat burundais, par ailleurs président de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC), était également présent à Luanda ainsi que l'ex-président kényan, Uhuru Kenyatta, en tant que facilitateur de l'EAC pour la paix en RDC. Les sept pays de l'organisation (Burundi, Kenya, Ouganda, RDC, Rwanda, Soudan du Sud, Tanzanie) ont décidé en juin de l'envoi d'une force régionale en cours de déploiement. L'EAC a, pour sa part, annoncé de prochaines discussions de paix à Nairobi.
Les combats menés ces derniers mois aux de Goma par le M23 a poussé la Communauté d'Afrique de...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category