Yaoundé : un triomphe pour Lady Ponce

La star du bikutsi a fait le show au Palais polyvalent des sports samedi dernier, dans une ambiance surchauffée.

Une entrée royale. C’est le moins qu’on puisse dire. Juchée à près de 10 mètres du sol sur un trône traditionnel porté par des messieurs muscles à la carrure impressionnante, la reine de la soirée a fait son entrée remarquée dans un Palais polyvalent des sports survolté de 5500 spectateurs, selon l’organisation. Cris d’émoi, pas de danse endiablés, déhanchement par-ci par-là, l’effervescence est à son comble dans une salle déjà chauffée à bloc. Une chose est claire : Lady Ponce a prévenu que ce 17 décembre à Yaoundé, il se passerait quelque chose de grandiose. L’artiste qui s’est produite dans des salles (elle était par exemple le 10 septembre dernier à l’Olympia de Paris), sait comment maîtriser les foules en délire. Elle sait surtout comment combler les désirs de ces mélomanes assoiffés de rythme effréné. Quoi de mieux que le bikutsi pour transporter tout ce beau monde vers l’extase ? Quelques ingrédients bien agencés pour trouver la formule. 
D’abord une horde de danseurs professionnels coordonnés dans des chorégraphies grandioses d’énergie. Des tableaux synchronisés et enlevés, associés à la cadence des tambours, des balafons, de l’orchestre.Une entrée en matière chaude, très chaude. De la danse, il y en a à revendre. Les danseurs de la star, par leur prestation, ont maintenu le spectacle à son zénith pendant les près de trois heures qu’il a durées, entre les shows d’avant-show, et leur déploiement durant l’événement. Mais c’est la voix de Lady Ponce que le peuple est venu entendre. Et il sera servi, avec « Là là là » pour commencer, puis avec un enchaînement de grands classiques de la diva du bikutsi. « Témoignage », « O Bale ma », « Carrosserie », « Secouer secouer », « Vanité », « S’il te plaît », entre autres, ont promené l’assistance dans les couloirs du passé musical riche de la chanteuse. Des nouvelles propositions de ses récentes sorties ont également transcendé les amoureux du bikutsi. D’ailleurs, dans cette salle où la température n’a fait qu’augmenter minute après minute, le public ne tient plus en place. 
Les plus audacieux se jettent dans la « bataille » et mo...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category