Ekambi Brillant : la « tournée » d’adieu

Les obsèques du célèbre chanteur ont débuté hier à Douala, avec la levée du corps à l’hôpital Laquintinie.


Divers extraits de ses chansons à succès emplissent l’air. Comme si Ekambi Brillant lui-même souhaitait la bienvenue aux parents, amis, connaissances, tous admirateurs, venus à ses obsèques. D’ailleurs, çà et là dans la chapelle de la morgue de l’hôpital Laquintinie, certains fredonnent ses paroles : « Muna mutooo ! Muna mutooo ! ». D’autres ont sans doute la voix trop serrée par l’émotion pour chanter. Ne montent alors de leurs gorges que des sanglots. Mais on pleure avec dignité, avec une certaine classe que n’aurait pas reniée le brillant Ekambi de son vivant. 
Vivant, Ekambi Brillant l’est toujours, et à jamais. C’est en tout cas la conviction du célébrant de l’office religieux conduit hier au moment de cette levée de corps. Devant la dépouille, à laquelle de nombreuses personnalités sont venues rendre hommage, le prêtre a déclaré que l’illustre disparu restait « un homme éternel, comme la plupart des artistes, des écrivains, des artisans, ce sont des immortels ». Avant d’ajouter : « Ekambi Brillant est immortel à jamais ! Veuillez vous lever pour l’acclamer ! », ce que l’assistance a fait.
Une assistance dans laquelle se trouvaient notamment le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, l’ambassadeur itinérant Roger Albert Milla, SM Joseph Antoine Bell, et de nombreux élus locaux. Bien représentée était la famille des artistes, avec Elvis Kemayo, Belka Tobis, entre autres. François Edimo, délégué régional du ministère des Arts et de la Culture pour le Littoral a souligné que : « Au-delà de l’humilité, de la courtoisie, de la bienveillance et de la sagesse qui étaient ses traits de caractère toutes sans doute liées à son âge mature, il se faisait ...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category