Bénin: une ouverture judicieuse

Commentaire.

Le Bénin s’ouvre davantage aux ressortissants des pays africains. Depuis vendredi dernier, les autorités béninoises ont décidé de supprimer le visa court séjour de 90 jours pour les ressortissants de 31 pays africains. Les  pays bénéficiaires de cette mesure sont une douzaine parmi lesquels l’Afrique du sud, l’Angola, le Cameroun,  la République du Congo, le Gabon et le Tchad.
S’il est clair que la suppression du visa court séjour est la concrétisation d’une promesse faite par le chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, en août dernier lors d’une visite au Rwanda, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle consolide le Bénin dans sa vocation de pays de transit tout en  relançant le tourisme africain et la coopération sud-sud. Le gouvernement béninois ne cache pas qu’il s’est inspiré de l’expérience du Rwanda, l’une des nouvelles locomotives économiques du continent africain. Il est également évident que la promotion du tourisme participe de la relance des secteurs susceptibles de générer la croissance au Bénin dans le cadre du programme d’action 2016-2021. Les autres secteurs prioritaires sont les emplois, les logements, l’assurance-maladie, l’agriculture, l’assainissement  du cadre de vie, le tourisme et l’économie numérique. Ce n’est donc pas un hasard si ce programme d’action est intitulé « Bénin révélé ». Ce n’est non plus un hasard si sa mise en œuvre nécessite une mobilisation des fonds de l’ordre de 9039 milliards de F. Cet investissement est conforme à la vision du président Patrice Talon puisqu’il permet au Bénin de résoudre les difficultés actuelles et de tracer le cadre pour un développement durable.
Outre la relance du tourisme, le programme d’action 2016-2021 se donne les moyens d’offrir l’assurance-maladie à quatre millions de Béninois, créer 500.000 emplois en cinq ans, 20.000 logements sociaux et améliorer le taux de couverture Internet de 80% grâce au déploiement massif de la fibre optique. Le « Bénin révélé » prévoit également la construction  d’une Cité internationale de l’innovation et du savoir (CIIS) outillée pour susciter des centres d’enseignement de référence. Autant de réalisations qui justifient la pertinence de la vision de Patrice Talon et qui sont censées permettre au Bénin de rebondir.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie