RCA : haro sur l’impunité

Commentaire.

Il y a 48 heures, le procureur spécial près la Cour pénale spéciale en Centrafrique a été officiellement désigné. Il s'agit de Toussaint Muntazini Mukimapa de la République démocratique du Congo. Ce haut magistrat aura la lourde tâche d'instruire les dossiers à charge contre les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité. Cette désignation tombe à point nommé pour dissuader tous les fauteurs de troubles qui s’activent en Centrafrique depuis 2013 notamment. Depuis cette période, de graves exactions ont été commises par différents groupes armés et même par ce qu’il restait des forces armées centrafricaines (FACA) au moment du déclenchement de la guerre civile.
Malgré le retour à l’ordre constitutionnel en 2016 avec l’élection du président Faustin-Archange Touadéra, la paix reste à construire en Centrafrique. En dépit de la présence dans le pays des troupes de la mission de maintien de la paix des Nations unies, Minusca, des groupes armés y font toujours la pluie et le beau temps. D’ailleurs ces derniers jours, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Right Watch (HRW) a révélé qu’un de ces groupes armés issu de l'ex-rébellion séléka a assassiné en décembre dernier, 32 civils dans une localité du centre du pays. Ces faits sont tout simplement qualifiés de « crimes de guerre » selon HRW.
Dans le même ordre d’idées, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé cette semaine, les groupes armés à cesser immédiatement les combats et à rejoindre les pourparlers de paix. Ces groupes armés jusqu’ici « règnent en maître sur plus de 60% du territoire, bénéficiant d’une totale impunité. Ils se substituent à l’appareil judiciaire, et terrifient la population », selon un rapport d’une experte indépendante des Nations unies. La mise en place d’une Cour pénale spéciale en Centrafrique est dès lors une décision salvatrice.  En effet, cette cour, créée en 2015, dans sa phase opérationnelle sera chargée de juger les responsables des multiples exactions perpétrées depuis des années dans le pays. Les « seigneurs de guerre » savent désormais à quoi s’en tenir…

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie