Festival de Cannes 2023 : six films africains en lice

Pour la 76e édition prévue du 16 au 27 mai, la Sénégalaise Ramata-Toulaye Sy et la Tunisienne Kaouther Ben Hania figurent dans la liste des prétendantes à la Palme d’or.

L’un des faits marquants du dévoilement le 13 avril dernier de la sélection officielle 2023 du festival de Cannes, est la forte percée d’une nouvelle cuvée de cinéastes africains. Pour la 76e édition du prestigieux rendez-vous cinématographique, six films africains seront en projection. Sur les 19 longs métrages en course pour la Palme d’or, deux sont issus du continent africain. Ils sont l’œuvre de deux réalisatrices. Ce qui constitue une grande première dans l’histoire du festival. La Sénégalaise Ramata-Toulaye Sy crève l’écran en réussissant l’exploit d’entrer en compétition avec son tout premier film « Banel et Adama ». Une fiction venant à la suite à la suite d’« Astel », son premier court métrage primé au Festival de Clermont-Ferrand en 2021. « Les filles d’Olfa » de la Tunisienne Kaouther Ben Hania est le deuxième film africain en lice. La réalisatrice de « L’homme qui a vendu sa peau » en compétition à Venise en 2020 devra convaincre le jury présidé cette année par le Suédois Ruben Ostlund, doublement palmé à Cannes. Il y a six ans, la réalisatrice tunisienne avait reçu des critiques positives pour « La belle et la meute » dans la section « Un certain regard ». Dans la quête au graal doré, les ambassadrices de l’Afrique connaîtront une sérieuse adversité face à des visages bien connus à l’instar du Britannique Ken Loach ou encore du Finlandais Aki Kaurismaki. La catégorie « Un certain regard » (faisant également partie de la sélection officielle) est aussi un révélateur du regain de vitalité et de fraîcheur du cinéma africain. Ici, quatre films du conti...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category