Lutte contre la corruption: thérapie de choc à l’hôpital gynéco-obstétrique

Une équipe des Initiatives à résultats rapides (IRR) a été installée hier à Yaoundé en présence du vice-président de la CONAC, le Pr. Anoukaha.

Des soins intensifs contre la corruption à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY). C’est pour dire le moins, au regard des poches de résistance identifiées par le Top management de cet établissement public hospitalier. Hier, à l’occasion de la double cérémonie d’installation de l’équipe de lutte contre la corruption et de celle des Initiatives à résultats rapides (IRR), le directeur général, le Pr. Angwafo III Fru Fobuzshi, a fait le diagnostic. « Il y a eu des difficultés rencontrées pour la connaissance des cas de corruption, à cause de la faible dénonciation. Il faut donc dévoiler toutes les fraudes, tous les dessous de table, tous les détournements de malades et de fonds, tout vol, toute extorsion d’argent, toute distorsion de la concurrence dans les marchés publics ».
La première équipe, chargée de lutter contre la corruption, conduite par le directeur général adjoint, le Dr. Charles Nsom Mba, a donc pour mission d’instaurer la gouvernance et les bonnes pratiques dans le fonctionnement quotidien de l’HGOPY. Elle devra permettre d’aller au-delà des résultats engrangés dans ce domaine au sein de l’hôpital en 2016. Des cas de corruption avérés ont, en effet, conduit à une exclusion et une mise à pied. Et pour l’exercice en cours, a confié le directeur général, deux cas ont été enregistrés et sévèrement sanctionnés par un avertissement écrit et une mise à pied. Quant à l’équipe des IRR, qui sera conduite par le Pr. Angwafo III Fru Fobuzshi lui-même, celle-ci s’attaquera au fonctionnement des unités de la maternité, de la planification familiale et du bloc opératoire. La cérémonie s’est déroulée en présence du vice-président de la Commission nationale anti-corruption, le Pr. François Anoukaha.

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category