Patrimoine : les Iyasa en communion

Les filles et fils de cette autre ethnie du grand groupe sawa ont célébré, samedi dernier à Campo, la 9e édition de leurs journées culturelles et traditionnelles.

Il n’y avait plus d’espace pour circuler à Campo, samedi dernier. Les fils et filles Iyasa ont investi les rues de la petite ville à la frontière avec la Guinée équatoriale. Enfants et vieillards, toutes classes sociales confondues, chantaient et dansaient le long du carnaval. Oui ! Ils étaient fiers d’être Iyasa, cette autre ethnie de la grande famille sawa. La communauté célébrait alors la 9e édition de ses journées culturelles et traditionnelles baptisées « Joba Ja Iyasa »
Le thème retenu pour cette édition 2023 : « La culture au service du développement du peuple Iyasa », a été au centre de plusieurs débats. Il était question pour les gardiens des traditions de cette communauté de dire à leurs enfants que la richesse d’un peuple, c’est sa culture. « Nous sommes un petit peuple. Cependant, nous avons une grande histoire », fait savoir le chef du groupement Iyasa, Sa Majesté Robert Olivier Ipoua qui, par ailleurs, a souhaité que soit écrite la vraie histoire de son peuple. C’était aussi l’occasion pour les filles et fils Iyasa de se souder les coudes pour lutter contre ce qu’ils ont appelé « la disparition progressive » de leur peuple. Tous les chefs traditionnels ont été d’accord pour la promotion et la revitalisation de la langue Iyasa. Aussi, un forum de débats et d’échanges entre Iyasa sera mis sur pied par le comité d’organisation du « Joba Ja Iyasa ». « Notre heure a sonné », a déclaré le président du comité d’organisation, Justin Mbome. Le « Joba Ja Iyasa 2023 » a aussi permis aux chefs traditionnels d’aller en guerre contre la consommation des drogues, l’exode rura...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category