Coopération Cameroun-Italie: des attentions pour l’Adamaoua

La région vient de bénéficier de structures scolaires et sanitaires. Elles ont été inaugurées le week-end dernier par le Minepat et l’ambassadrice d’Italie au Cameroun.

Trois images pour résumer une visite riche et colorée. Samedi dernier, 9h30mn. Ecole publique de Bamnyanga. Les élèves de la maternelle chantent l’hymne national en anglais devant le nouveau bâtiment flambant neuf construit par la coopération italienne. Trente minutes plus tard, changement de décor. A l’école publique de Gambara II, arrondissement de Ngaoundéré Ier, une élève souhaite la bienvenue en italien à Samuela Isopi, ambassadrice d’Italie au Cameroun. Dernière image. Ecole publique de Yala-Yarna, petit village perché au sommet de la falaise de Mbé. Le soleil est au zénith en cette journée de samedi. Moutsina Ngatsebaï, directeur de l’établissement, raconte son expérience à Louis Paul Motaze, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT), qu’accompagnent Samuela Isopi, Alim Hayatou, secrétaire d’Etat à la Santé publique, Kildadi Taguiéké Boukar, gouverneur de la région de l’Adamaoua. 
Moutsina Ngatsebaï est le seul personnel affecté à cette école. Le directeur, un homme mince et élancé, fait office à la fois de directeur et d’enseignant. Il a sous sa responsabilité 110 élèves, soit 59 filles et 51 garçons. Mais, depuis quelques mois, son visage rayonne. L’image de son école change radicalement. Les salles de classe en paille sont progressivement en train d’être remplacées par des infrastructures plus modernes. Un bloc a été construit par la coopération italienne avec les ressources issues de l’annulation de la dette. Un autre bloc a été offert par l’entreprise chinoise qui a effectué les travaux d’agrandissement de la falaise de Mbé. Le troisième bâtiment qui installera définitivement l’école publique de Yala-Yarna dans le XXIe siècle sortira de terre dans les prochains mois. Il sera financé par le BIP 2017.
Le Minepat a annoncé l’allocation d’un crédit de 41 millions de F au bénéfice de cette école. Louis Paul Motaze est venu dans l’Adamaoua avec les bras chargés. Dans ses bagages, il avait cinq délégations de crédit d’un montant d’un peu plus de 200 millions de F au bénéfice de la communauté éducative. La joie était donc à son comble partout où il est passé comme à Selbe-Darang, arrondissement de Ngaoundéré II, Wouro-Sangué et Dibi dans la commune de Nyambaka. Les ouvrages réceptionnés vendredi et samedi derniers sont logés dans le département de la Vina. L’éducation n’était pas seule à l’honneur.
Le secteur de la santé publique bénéficie également des attentions. Le centre de santé de Mbang-Foulbé, arrondissement de Nganha, a reçu des équipements. Au-delà de la cérémonie de réception d’équipements sociaux, le MINEPAT a tenu à rendre un vibrant hommage aux autorités de la région pour la bonne exécution du budget d’investissement public. Sur le plan national, l’Adamaoua occupe la première place avec un taux de réalisation qui tutoie les 95%. Le Minepat est venu donc s’inspirer aussi de la Success Story du BIP dans l’Adamaoua.
 

Réactions

Louis Paul Motaze: « La région est sur la bonne voie »

Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire

« Je suis dans un état d’esprit extrêmement positif. Nous constatons que des efforts sont en train d’être faits sur la scolarisation de la jeune fille. Dans toutes les écoles où nous sommes passés, les effectifs des jeunes filles sont croissants. Nous ne pouvons qu’être satisfaits. Autre motif de satisfaction, le taux d’exécution du BIP frôle les 95% dans l’Adamaoua, alors que partout ailleurs les délais ont explosé. Comme l’Adamaoua travaille plus, elle mérite donc plus. Elle est sur la bonne voie. C’est pour cette raison que nous avons affecté de nouveaux crédits aux écoles. Par ailleurs, dans le cadre du relèvement des régions septentrionales, nous comptons accompagner le secteur privé. C’est la stratégie du gouvernement pour faire repartir la croissance ».

 

Samuela Isopi: « Je fais une évaluation positive »
Ambassadrice d’Italie au Cameroun

« Je fais une évaluation positive, parce que j’ai vu des communautés très bien encadrées et suivies par les autorités locales. L’Adamaoua est la première région du pays en termes d’exécution du budget d’investissement public. Ça, c’est très bien. Quand on reçoit les fonds et qu’on exécute les projets, on est encouragé à encore accompagner. Nous savons que le niveau des besoins est encore très  élevé surtout par rapport à la nécessité d’avoir des salles de classe et des écoles. Nous espérons pouvoir continuer à accompagner le gouvernement. Nous avons vu aussi qu’il y a beaucoup d’enfants dans les écoles et qu’il y a aussi un grand nombre de filles. Ça aussi, c’est très bien. Nous encourageons les communautés de cette région mais aussi des autres régions à envoyer les jeunes filles à l’école. L’éducation est la meilleure défense contre la pauvreté ».

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category