Protection de la faune: le renfort américain

 Le sujet était au centre de la visite de l’ambassadeur américain dans la région du Nord.

Décontracté, espiègle, curieux et intéressé, Michael Stephen Hoza pour sa deuxième visite à l’Ecole de faune de Garoua mercredi dernier, a rappelé à quel point la cause environnementale est importante pour son administration. Pour l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, la protection de la nature est l’un des plus grands enjeux d’avenir. Aussi, en dehors de l’appui à la formation de cadres de la conservation à travers les bourses US Fish and Widlife service (US FWS), octroyés par le gouvernement américain aux étudiants de l’Ecole de faune des pays du bassin du Congo, le diplomate américain a mis cette visite à profit pour s’enquérir des autres besoins pour lesquels il pourrait aider. Lors d’une séance d’échanges avec les responsables et étudiants de l’Ecole, des questions comme la logistique pour la géolocalisation (GPS), le renforcement des capacités des formateurs, les infrastructures et le matériel roulant, entre autres ont été évoquées.
Pour Michel Babale, directeur de l’Ecole de faune, les défis qui sont ceux du secteur demandent une profonde mutation de l’institution, notamment en changeant son statut pour en faire une institution universitaire pleine, pouvant dispenser des formations supérieures. Un chantier pour lequel le plaidoyer de l’ambassadeur des Etats-Unis a été sollicité. Face à ces doléances exprimées, Michael Stephen Hoza a indiqué qu’un certain nombre d’entre elles, pouvaient déjà trouver des réponses immédiates. Lors de ses visites dans certaines aires protégées, notamment le parc de Bouba Ndjidda où il a été avant d’arriver à Garoua, l’ambassadeur a en effet pu évaluer de lui-même certains des besoins logistiques sur le terrain. 
 

 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category