Initiative : du ciné pour les enfants de la rue

Une projection de deux courts métrages en lien avec le projet d’inclusion cinématographique à eux dédiés leur a été offerte jeudi dernier au centre éducatif Edimar de Yaoundé.

Le hall principal du centre éducatif Edimar s’est transformé jeudi dernier en salle de cinéma. La structure spécialisée dans l’insertion familiale et sociale des enfants de la rue accueillait la projection de deux courts métrages : « Conséquences » d’Emmanuel Bayemeck et « Hemle » de Félix Mboglen. C’était en présence des deux réalisateurs qui ont pu juger l’accueil favorable du public juvénile et défavorisé. 
« Moi j’ai compris que la fille-là a caché celui qui l’a violée. J’ai retenu qu’on ne doit pas cacher la maladie », précise un enfant de la rue, après la projection des 13 minutes de « Conséquences ». Un autre renchérit avec une grille d’analyse différente. « Conséquences, c’est comme se retrouver dans la rue comme nous, parce qu’on n’a pas écouté nos parents », dit-il. Des interventions appréciées à juste titre par Emmanuel Bayemeck qui a par la suite expliqué à l’assistance le message qui est le sien, à travers ce film qui raconte la mort d’une fille consécutive à un avortement manqué et un rapport sexuel sous l’effet de l’alcool et de la drogue. « Ce sont plusieurs conséquences dans un seul métrage. J’ai voulu montrer les conséquences de la drogue dans la société », a-t-il déclaré en interpellant l’Etat, les parents et les enfants.
Les enfants de la rue ont été en outre éclairé sur le cinéma et son vaste champ de possibilités. « On fait un film pour apporter quelque chose. C’est un outil de sensibilisation et de changement », a enseigné Emmanuel Bayemeck. A la suite de son film « Hemle », Félix Mboglen a été davantage démonstr...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category