Conférence : regard nouveau sur soi

Tenants de la tradition et universitaires ont tablé samedi dernier à l’espace Africrea à Yaoundé sur l’épanouissement présent et futur de l’homme à partir de sa tradition.

Qui sommes-nous ? Quelle utilisation faisons-nous de ce qui nous a été légué en termes de langue, d’us et coutumes, de rapport à Dieu, d’art de vivre ? des interrogations qui ont gravité autour du thème de la conférence de samedi dernier à l’espace Africrea à Yaoundé. « Que la tradition invente le futur », tel était le thème de la réflexion qui a réuni d’une part des universitaires (égyptologue, linguiste, anthropologue, archéologue) et des gardiens de la tradition représentés par les mbombok du peuple Bassa-Mpo’o-Bati. La conférence s’inscrivait dans « La nuit des idées » portée par l’Institut français du Cameroun et son réseau de partenaires locaux. 
Des différentes interventions, il en ressort que la tradition a un nom, elle a un visage. Selon le Dr. Christine Ngo Njeng, il n’y a qu’à voir l’offuscation des hommes face au phénomène des mèches brésiliennes. La tradition est étroitement liée à la transmission. Il n’y a pas de tradition sans transmission. Ciment et liant des peuples, elle est également jalouse quel que soit le lieu géographique où l’on se trouve. Une caractéristique permettant de dégager son importance car « c’est ce qui fait que vous êtes vous ». Les aspects touchant aux conflits de traditions internes, au rapport entre la tradition et l’universalité ont également été évoqués. Des propositions al...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category