« Au pied du mur » : le mariage ou la mort

Sacré au dernier Festival international des films de femmes de Cotonou, ce court métrage de la scénariste et réalisatrice burkinabè, Eboubié Yasmine Délia Ido s’érige contre le mariage forcé.

S’il y a bien un film qui a particulièrement mis les cinéphiles en émoi lors de la troisième édition du Festival international des films de femmes de Cotonou, c’est bien « Au pied du mur ». Le premier film de la scénariste et réalisatrice burkinabè, Eboubié Yasmine Délia Ido, a eu droit à une salve d’applaudissements après sa diffusion. L’originalité du traitement de la thématique abordée, la justesse du jeu des comédiens et bien d’autres aspects technico-artistiques ont séduit le public. Le film engagé de 26 minutes braque les projecteurs sur le mariage forcé et les violences basées sur le genre.
« Au pied du mur » raconte l’histoire de Marietou, une brillante adolescente, serviable et affable qui vient d’obtenir une bourse d’étude à l’étranger. L’adolescente de 17 ans voit son rêve de devenir médecin voler en éclats quand ses parents lui annoncent qu’elle a été promise en mariage, avant sa naissance, à Ladji le plus grand marabout de la région. Après avoir essayé en vain d’avoir un enfant, les parents de Marietou ont eu recours aux « supers pouvoirs » de Ladji. Profitant de leur désespoir, le marabout a exigé une contrepartie : lui donner leur premier enfant en mariage, si c’était une fille, ou voir tous leurs enfants mourir. Le fil du film tient entre les mains et la décision de Marietou. Une supercherie qui nous fait penser au film ivoirien à succès « Marabout chéri ». 
Ce court métrage, fruit de l&rsqu...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category