Agence de presse vidéo : l’expérience CCTV+

En visite lundi dernier, les journalistes africains stagiaires du programme international CIPCC en Chine ont pu s’enquérir du mode de fonctionnement de ce diffuseur.

D’abord un échange avec le top management de la China Media Group (qui regroupe CCTV + et CGTN) pour planter le décor. Ce lundi en visitant le siège de l’agence de presse vidéo CCTV Plus, les journalistes africains du programme 2024 de la CIPCC ont pu avoir une idée claire du mode de fonctionnement de cette agence vidéo qui a une responsabilité particulière. Ce qu’il faut retenir de CCTV +, c’est que, cette agence reçoit des reportages et interviews venant des reporters de CCTV et de CGTN pour en faire des traductions dans sept langues (anglais, français, russe, arabe, espagnol, japonais et allemand) avant de les mettre en ligne gratuitement au profit des médias du monde. Un argument de poids, pour se démarquer de la concurrence.
Au cours de la visite du siège, les journalistes africains se sont rendus dans la salle éditoriale où 180 éditeurs travaillent (mais de façon alternative). Ils éditent des vidéos et rédigent des storylines. Regroupés par desk linguistique, les groupes de travail sont coiffés chacun par un expert qui donne le visa final pour la diffusion. Dans le desk francophone par exemple, Daniel Wang, éditeur français est en train de faire la traduction d’une interview d’un ministre marocain. Il a environ 90 minute pour terminer son travail avant de le passer à l’expert français Wuang. Ce dernier a pour rôle de superviser la qualité du travail, du point de vue politique, journalistique, etc. La société a également développé une intelligence artificiell...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category