Développement du secteur minier : la feuille de route tracée à Yaoundé

Diverses orientations et engagements ont été pris par les différentes parties à l’issue de deux rencontres majeures sur les mines vendredi dernier.

C’est autour de 20h vendredi dernier que les ministres de l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) ont clos la rencontre qui les réunissait depuis le jour d’avant sur le thème « Libérer le potentiel de l’OEACP : assurer les transitions énergétique et numérique grâce aux matières premières critiques ». La cérémonie de clôture présidée par Fuh Calistus Gentry, ministre par intérim des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), a été ponctuée par la déclaration de Yaoundé. Déclaration dans laquelle les ministres s’engagent, via une stratégie, à développer le secteur de la transformation des matières premières critiques, C’est-à-dire des matières premières importantes pour l’économie mais dont le risque élevé de pénurie d’approvisionnement est de plus en plus élevé (bauxite, titane, etc.), selon les spécialistes. « Nous prenons acte de toutes les recommandations qui ont été formulées pendant les travaux de réflexion de la réunion des ministres qui se sont appesantis sur les défis à relever sur les plans de l’énergie, de la coopération, de la législation et des infrastructures en vue d’une meilleure stratégie de développement des minéraux critiques. Les défis à relever sur le plan financier et la question cruciale portant sur les enjeux relatifs à l’industrialisation de ce secteur fort important, sont tout aussi importants et ont été abordés pendant cette réunion », a indiqué Fuh Calistus Gentry. Le Cameroun a même déjà entrepris des actions pour faire de cette ambition une réalité. D’où la signature d’un communiqué conjoint avec l’Union européenne en prélude à la signature d’un mémorandum d’entente en vue de développer la stratégie minière nationale du Cameroun. 
Les ministres présents et autres participants à la réunion n’ont pas caché leur satisfaction à l’issue de cette rencontre. « Les pays se sont rendu compte que les minerais stratégiques sont fondamentaux pour la transition verte et digitale et que ces minerais-là se trouvent chez eux. Il ne faut pas seulement les envoyer ailleurs, il faut les transformer pour notre développement économique et pour l’humanité. Les conclusions vont dans le sens d’un plus grand partenariat, et d’une solidarité pour une plus grande capacité de négociation. Il faudra aussi être prêt à coopérer avec les autres dans la logique d’un partenariat gagnant-gagnant », a affirmé Raymond Tavares, représentant-résident de l’Organisation des nations unies pour le développement industriel au Cameroun.
Cimec 
La convention internationale des mines et expositions du Cameroun (Cimec) qui se déroulait sur le thème : « La transition du potentiel géologique à la mise en production des gisements miniers comme moye...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category