Libye: l’armée accusée de crimes de guerre

 C’est l'organisation de défense des droits de l'homme, Human Right Watch qui dénonce

 

De nombreuses atteintes aux droits de l'Homme sur les populations civiles et les groupes armés auraient été commises dans la région de Benghazi dans l’Est de la Libye. Ce sont les forces placées sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar qui en seraient les auteurs selon Human Rights Watch (HRW). Les faits incriminés remontent à la semaine dernière, lorsque les forces de l’Armée nationale libyenne (ANL) ont pris d’assaut les derniers bastions des groupes jihadistes à Benghazi. Selon HRW, « des vidéos et photos reçues de proches des victimes, de journalistes et de militants » des droits de l'Homme montrent des cadavres de jihadistes « que les combattants des forces de l'ANL auraient profané et mutilé, pendant ou après l'évacuation des résidents du secteur de Ganfouda le 18 mars ». Et selon le rapport de HRW « les forces de l'armée nationale libyenne, auraient commis des crimes de guerres notamment des actes de tortures contre des civils et des exécutions sommaires. »
La publication de ce rapport accablant, a fait réagir un haut responsable des forces spéciales de Benghazi, Wanis Boukhamada qui a dénoncé ces exactions, et promis de punir les responsables de tels forfaits. Pour sa part, Le chef de la Mission d'appui des Nations unies en Libye Martin Kobler s'est dit « scandalisé par les violations du droit international humanitaire et des droits de l'Homme en Libye ».  Il est question de mettre fin à l'impunité, a-t-il ifait savoir sur les réseaux sociaux.  Il  a par ailleurs rappelé que de tels faits « sont passibles de poursuites pénales, y compris devant la Cour pénale internationale ».  Toujours est-il que les observateurs sont un tantinet dubitatifs sur l’écho que pourrait avoir les révélations de HRW. En effet, sur le terrain la situation est floue. En outre les milices islamistes qui pullulaient encore il y a quelques temps à Benghazi se montraient particulièrement violentes.  Et l’ANL auto-proclamée et dirigée par le maréchal Haftar, leur livre une guerre sans relâche.  Aujourd’hui, les troupes du Marechal Khalifa Haftar qui contrôlent une grande partie de Benghazi, sont en passe de chasser les jihadistes qui contrôlent la zone depuis 2014.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category