Humanitaire: des points communs

L’homme d’église a continué à servir les pauvres, démunis et autres affligés depuis son arrivée à Rome. Comme le fait Chantal  Biya au Cameroun.

Le pape François, à qui le couple présidentiel a rendu visite hier au Saint-Siège, est certainement une excellente source d’inspiration et d’encouragement pour la première dame. En effet, Mme Chantal Biya et le Saint-Père ont au minimum un point en commun : la passion pour l’humanitaire. Comme l’épouse du chef de l’Etat, qui a déjà des pensées et projets particuliers pour les personnes défavorisées à son arrivée au palais de l’Unité en 1994, le chef de l’église catholique arrive à Rome avec un agenda précis pour la même frange de la population. De source introduite, il n’occupe pas les appartements papaux, leur préférant une modeste suite qui lui permet de rester ce qu’il a toujours été : un homme simple proche du peuple.
Et tout comme la première dame dispose du Cercle des Amis du Cameroun (Cerac), de la Fondation Chantal Biya, de Synergies africaines, du Circb, du Chracerh pour lutter contre les maladies, les souffrances et exprimer sa sollicitude aux plus pauvres, le pape œuvre au travers de l’ « Elemosineria apostolica ». L’aumônerie apostolique : service du Saint-Siège qui, au nom du Souverain pontife, a pour mission d’exercer la charité en faveur des pauvres. Sous la houlette de François, l’institution est plus que jamais active. D’ailleurs, pour qu’elle n’oublie pas sa mission première sous l’actuel pape –prendre soin des pauvres-, un monument représentant un Jésus-Christ démuni se dresse à l’entrée du service. Et chaque jour, les moins nantis qui tendent la main au successeur de l’apôtre Pierre pour lui demander de l’aide, comme d’autres à Mme Chantal Biya un peu partout au Cameroun, trouvent ici soutien et réconfort.
« Le pape veille à ce que nous servions ces gens sans aucune discrimination. L’aide que nous leur apportons est multiforme et couvre différents domaines de la vie. De façon basique, nous leur offrons de la nourriture, de l’eau, des vêtements. Il y a même des logements pour les mettre à l’abri des intempéries. Nous allons jusqu’à aider ceux qui n’ont pas de papiers à en obtenir ou à rentrer chez eux s’ils le souhaitent. Nous accueillons tout ce qui est pauvre : sans domicile fixe (Sdf), malades, handicapés. Certains sont là pour des études et les parents ne peuvent pas payer : on les aide aussi », explique Sr Marie Thècle Okolé, en service à l’aumônerie apostolique. C’est dire si la présence de Mme Chantal Biya, aux côtés de son illustre époux pour cette visite au Saint-Père, est hautement significative. On dit bien que « Seuls les beaux esprits se rencontrent ».
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie