Santé: les dangers de la dépression

 Ce trouble mental grave était au centre de la Journée mondiale de la santé le 7 avril dernier à Yaoundé

 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a offert un moment de détente autour d’un dîner-débat en soirée vendredi dernier à l’hôtel Hilton de Yaoundé. C’était à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la santé également journée anniversaire de l’OMS, créée le 7 avril 1948. Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie, notamment le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, son homologue de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, le représentant de l’OMS, Jean-Baptiste Roungou et des chefs d’agences onusiennes. Occasion de marquer un temps d’arrêt sur le thème de la Journée : « La dépression, parlons-en » et d’attirer l’attention sur ce trouble mental courant qui touche plus de 300 millions de personnes dans le monde et 30 millions en Afrique. La dépression est définie par l’OMS comme une maladie qui se caractérise par une tristesse persistante, une perte d’intérêt et une incapacité à accomplir les tâches quotidiennes pendant au moins deux semaines, entre autres. Les principales causes de cette affection étant la perte d’un être cher, la pauvreté, le chômage, l’usage nocif de l’alcool, la violence, la guerre, etc. Dans le pire des cas, la dépression peut conduire au suicide.
Cette maladie qui peut toucher n’importe qui, n’est cependant pas un signe de faiblesse. Les personnes de tous les âges et de tous les horizons ne sont pas épargnées. « La stigmatisation et la peur de l’isolement social empêchent les personnes affectées de se rendre dans les établissements de soin. Pourtant, il est important de prévenir et de traiter de toute urgence les personnes affectées par ce trouble mental grave et complexe », a-t-il confié. C’est pourquoi, la reconnaissance des symptômes dès le début d’un épisode dépressif est essentielle pour empêcher la dépression de se transformer en maladie chronique. « La dépression peut être soignée en parlant de cette souffrance qu’on vit autour de soi, la pratique d’une activité physique », a indiqué André Mama Fouda. Si l’on peut guérir de la dépression, la pénurie de professionnels de santé mentale qualifiés que connait le pays, avec seulement un psychiatre pour un million d’habitants, peut s’avérer préoccupante.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category