Rentrée sous la pluie

Les premiers cours dispensés dans les établissements scolaires de la ville malgré les intempéries.

Philippe Tagne, professeur de mathématiques au lycée technique de Douala Bassa, dispense son premier cours sur les suites numériques en terminale F1. Pour cet éducateur, le train est lancé : c’est une classe d’examen, il faut y aller. Côté administratif, le proviseur Emmanuel Singha vient de terminer sa première réunion et s’active à régler quelques problèmes çà et là. Devant le bureau de l’intendant, une file de parents attend pour régler les frais d’inscription. Ils sont les seuls autorisés à le faire. 
On ne veut pas voir d’élèves déambuler car les cours ont commencé. Ceux des élèves encore en possession des frais d’inscription sont priés de les déposer chez l’intendant et récupérer les reçus à la pause ou en fin de journée. 1157 déjà inscrits sur les 3000 attendus, « mais tout se passe bien et ça va aller rapidement cette semaine », précise le chef d’établissement. Seul bémol, le rassemblement qui n’a pas pu se tenir à cause de la pluie qui arrose la capitale économique depuis les premières heures de la matinée. 
La cérémonie a été renvoyée à la pause. Toutefois, le personnel enseignant et d’appui était là pour orienter les élèves en fonction de nouveau plan mis sur pied, surtout les bleus de 6e qui sont un peu perdus. Tout le monde sera édifié sur le règlement intérieur et les objectifs à atteindre cette année scolaire lors du rassemblement. Au collège bilingue-pilote de Kotto,  toujours à Douala V, les choses sérieuses ont commencé aussi. Il y règne un calme plat. Les élèves sont en classe, les enseignants dispensent les cours, le personnel d’appui sillonne. Dans une classe de 5e, l’enseignant d’histoire-géographie a déroulé tout le programme de l’année scolaire. 
Les élèves recevront des enseignements sur l’histoire de l’Afrique et du monde. Ils auront des connaissances sur les cités yoroubas, le royaume Mossi, les héros africains, l’art africain etc. Pour Hervé Yombi, le principal, tout se passe bien. D’ailleurs, lors de la rentrée des enseignants deux semaines avant, des instructions fermes ont été données sur la discipline. En outre, les enseignants sont tenus de vérifier les cahiers des élèves, vu l’inquiétante montée des fautes de grammaire et de vocabulaire. D’autres apprenants sont encore attendus, notamment, le flux des lycées environnants. Cependant, assure-t-on ici, les effectifs seront respectés selon les instructions du ministre des Enseignements secondaires.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie