Jour de Rentrée scolaire à Yaoundé

Dans la plupart des établissements de la capitale, les premiers cours ont été dispensés.

Des retardataires repoussés à l’entrée du lycée général Leclerc de Yaoundé. D’autres regroupés au bord de la route au Cetic de Ngoa-Ekelle et au lycée d’Ekounou. Des embouteillages à n’en pas finir dans les rues de la capitale. Des policiers postés à tous les carrefours pour réguler la circulation. C’est l’ambiance qui a régné hier à Yaoundé, premier jour où élèves et enseignants du secondaire et du primaire ont repris le chemin de l’école. Dans les établissements scolaires de Yaoundé, l’ambiance était studieuse. Dans la plupart des écoles, collèges et lycées visités, les premiers cours ont été dispensés. 
 « Nous avons démarré ce matin, avec quelques particularités. Cette année, nous avons été accompagnés par les médiateurs communautaires, venus du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique. Ils sont venus inculquer quelques leçons d’éducation civique à nos élèves, puis ils leur ont distribué des fiches de l’hymne national en anglais et en français » explique Elisabeth Ntonga, proviseur du lycée général Leclerc.  Pour ce qui est des effectifs, notre interlocutrice rassure : « Nous avons respecté les consignes de notre ministre. Celle d’avoir 60 élèves en classe en 6e et 80 pour les autres classes ». Ici, en classe de 6e E4, les élèves dans leurs  nouveaux uniformes suivent  attentivement leur premier cours de langue et culture nationales consacré à l’apprentissage de la langue ewondo. « Ils apprennent comment écrire la date en cette langue. Un exercice facile pour ceux qui ont l’habitude de la parler, mais pour d’autres la prononciation est encore difficile », explique l’enseignant, Daniel Noah.
C’est la même ambiance à l’école primaire Marie-Albert prestige d’Awae à Yaoundé. « Nous avons commencé par une cérémonie de  levée des couleurs au cours de laquelle nous avons donné quelques instructions et conseils à nos élèves. Puis, nous nous sommes assurés de la présence de tous les élèves et enseignants, et les cours ont effectivement démarré à 7h 30 », rassure la directrice de l’établissement, Irène Ngono.  Au cours élémentaire première année, l’heure était déjà à la première évaluation : « nous avons commencé par une petite évaluation afin de jauger le niveau des élèves. C’est vrai qu’ils reviennent des vacances, ils ont perdu certaines notions et j’espère que d’ici quelques jours, ils vont se ressaisir », indique Arlette Ngnoung, enseignante de lettres classiques. C’est donc parti pour neuf mois de cours et d’évaluations, avec des interruptions pour les congés de Noël et de Pâques. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie