Basketball: Beac, champion !

 Le club a remporté ses trois matchs en fin de semaine dernière lors du Final Four messieurs à Douala

Le scalp du tenant du titre à vil prix. Et voilà Beac de Yaoundé basketball, champion du Cameroun messieurs. Le club de la Banque des Etats de l’Afrique centrale, vainqueur du trophée de la coupe l’an dernier, n’a enregistré aucune défaite toute la saison. Et à Douala, rebelote : un parcours sans faute en trois sorties. Du 9 au 11 juin derniers, se tenait le Final four dans la région du Littoral. Une compétition organisée entre les quatre meilleures équipes (Nzui-Manto, Beac, Université de Douala et Condor).
Il fallait des grands tirs pour décider du sort de ce grand match entre Beac et Nzui-Manto (tenant du titre 2016). Et l’ultime tir a été aligné par le capitaine de Beac, Cédric Essome. Dans le Money-Time, alors que ses coéquipiers et les protégés d’Auguste Siedjou sont à égalité, il ne va pas hésiter à dégainer dans un moment d’extrême tension, propulsant son équipe au sommet grâce à une victoire sur le fil (58-60). « Nous voulions gagner ce titre parce que nous avons été victimes d’injustice l’an dernier. Nous savions, à l’issue du classement que nous étions champions, mais le titre avait été attribué à Nzui-Manto par je ne sais quelle alchimie. Nous avons décidé de tout conquérir cette année », explique le coach, Charles Eithel Essimbi, de retour de Douala.
Cette victoire est celle d’une équipe créée il y a plus de 40 ans et dont le 5 majeur évolue ensemble depuis cinq ans au moins. En début de saison, le staff a regretté le passage à la coupe d’Afrique des clubs champions où le groupe manquait d’adresse au panier. Un constat lors de cette compétition en décembre 2016: le groupe produisait plus de tirs que ses adversaires de compétition mais inscrivait le moins de points. Au retour, toutes les cartes ont été mises à terre. « Nous avons décidé d’améliorer le jeu de transition. En plus, nous avons décidé de mettre la vitesse de réaction dans nos actions en plus de celle d’exécution avec une défense hyper-collective. Nous visons assurément le doublé », poursuit Charles Essimbi. Ce deuxième titre de Charles Essimbi sur le banc de Beac depuis 2009 porte le nom de Cédric Essome, Cédric Tsangue, Ndjie Penda, Mienne, Ludovic Eone, Kévin Ngwese, Hans Ntamack et « Le Phénomène » : Christian Ayangma. Beac veut désormais se fidéliser à la compétition africaine mais surtout remporter la prestigieuse dame coupe.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category